Augmentation du produit intérieur brut de la Suisse

28 mars 2012

Au 4e trimestre, la consommation des ménages a augmenté de 0,4% par rapport au trimestre précédent. Ont contribué à la croissance notamment les fonctions logement, produits alimentaires et boissons, santé, ainsi que les dépenses pour les biens et services divers. La consommation publique a stagné par rapport au trimestre précédent.

La formation brute de capital fixe a progressé de 2,5%. Autant les investissements en biens d’équipement (+2,9%) que les investissements en construction (+1,9%) ont soutenu cette croissance. Les investissements dans les équipements radio, télévision et télécommunication ont notamment connu une évolution dynamique.

Les exportations de marchandises (hors métaux précieux, pierres gemmes, œuvres d’art et antiquités) ont augmenté de 2,8% au 4e trimestre. Les exportations de produits chimiques et connexes y ont fortement contribué. Celles d’instruments de précision, de montres et de bijoux ont également connu un développement positif. En revanche, les exportations de machines, d’appareils, d’électronique et de métaux ont reculé. Les importations de marchandises (hors métaux précieux, pierres gemmes, œuvres d’art et antiquités) ont régressé de 0,4%.

Les exportations de services ont baissé de 0,7% au cours du 4e trimestre. Aussi bien les exportations de services liées au tourisme que les autres services exportés ont reculé. Les importations de services étaient en légère augmentation (+0,2%).

Du côté de la production, la valeur ajoutée dans le domaine d’activités réunissant les secteurs du crédit, des assurances, de l’immobilier, de l’informatique, de la recherche et du développement ont contribué positivement à la croissance (+0,7%). Le secteur public (+0,1%), celui de la construction (+0,1%) ont également connu une légère croissance. La valeur ajoutée dans le domaine d’activités dominé par l’industrie s’est par contre contractée (-0,2%), ainsi que dans le commerce, l’hôtellerie-restauration, les transports et communication
(-0,2%) et l’agriculture (-2,3%).

Par rapport au 4e trimestre 2010, le déflateur du PIB a augmenté de 0,4%. Egalement en comparaison avec le même trimestre de l’année précédente, le déflateur des dépenses de consommation privée a progressé légèrement (+0,2%). Les prix des biens d’équipement ont de nouveau chuté (-1,2%). Le déflateur des investissements dans la construction a augmenté de 2,2%. Les prix à l’exportation ont diminué de 1,9%, ceux à l’importation de 1,1%.

Premiers résultats provisoires pour l’année 2011
Sur la base des résultats des comptes trimestriels, une première estimation annuelle provisoire de l’année 2011 peut être obtenue. En moyenne annuelle, le PIB aux prix de l’année précédente a progressé de 1,9% en 2011. A prix courants, une hausse de 2,6% a été estimée. Ce sont surtout les dépenses de consommation des ménages privés, le commerce extérieur de marchandises et la formation brute de capital fixe qui ont agi positivement sur le PIB. La balance commerciale des services a par contre livré une contribution négative à l’évolution du PIB. Du côté de la production, selon la décomposition en 6 principaux domaines d’activités (cf. tableau 5), à part l’agriculture une croissance a été observée dans tous les autres domaines, mais les résultats ont divergé substantiellement au sein des différents groupes. Notamment la valeur ajoutée de l’hôtellerie-restauration et des intermédiaires financiers a fléchi en 2011 par rapport à 2010.

 

Recommandé pour vous