Cameroun : la taxe sur la valeur ajoutée sujette à des critiques au sein des PME

17 février 2020

Photos © Agence Ecofin

(Agence Ecofin) – Plusieurs petites et moyennes entreprises (PME) de la ville de Douala, la capitale économique du Cameroun, se plaignent de certaines dispositions relatives à la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Si tout le monde est habitué au taux jugé très élevé de 19,25%, l’existence de cette taxe sur certains services essentiels constitue des freins pour ces petits investisseurs.

Dans la Loi de finances de l’année 2020, le gouvernement a proposé une augmentation du niveau de consommation en eau et énergie, validée par le Parlement, susceptible de bénéficier d’une exemption de TVA. Les promoteurs de PME et finalement les ménages aussi auraient espéré que la TVA ne s’applique que sur la tranche de consommation générée au-delà du seuil non imposable. Mais ce n’est pas le cas dans la pratique fiscale. Au-delà du seuil d’exclusion, l’administration considère la totalité de la consommation.

« Dans ces conditions, ce n’est pas pour nous un avantage et cela l’est moins pour le secteur des PME qui en même temps fait face à la baisse actuelle du régime des activités, l’accumulation des arriérés de paiement même par les grands groupes privés alors que dans le même temps, le poids de la fiscalité sur notre trésorerie à court terme continue d’être important », a confié un promoteur de PME basée dans la capitale économique du pays.

Une autre application contestée de la TVA est celle qui concerne les assurances maladie. Plusieurs PME ont simplement choisi de ne plus renouveler leur police d’assurance, car depuis 2019, il faut payer une taxe sur la valeur ajoutée. Les seuls produits d’assurance-vie exemptés de cette taxe sont les produits dits de capitalisation à but d’épargne.

« C’est assez difficile tout cela. Le gouvernement nous demande de sortir du sous-emploi, mais dans le même temps, pose des contraintes à cette ambition. Il y a une différence si je dois assurer mes employés au prix hors taxes et si je dois y ajouter une TVA de près de 20%. Pour nous, cela devient simplement impossible, car les activités n’augmentent pas et parfois baissent, or les charges augmentent », a confié un autre patron de PME.

Chez les assureurs, les avis sont partagés. Certains estiment que c’est une situation qui freine le développement de l’assurance-vie, un secteur qui constitue encore une niche au Cameroun. D’autres en revanche sont plus réservés. La collecte de la TVA donne en effet lieu à une mobilisation supplémentaire de ressources, qui avant son remboursement au Trésor public peut faire l’objet d’un placement sur le marché des titres publics à court terme, et générer des rendements financiers intéressants.

Idriss Linge

 

Recommandé pour vous