Cameroun: une régulation à deux vitesses suite à l’impact de certaines dispositions de la loi des finances 2019 sur les entreprises

6 mars 2019

Agence Ecofin) – Le gouvernement du Cameroun semble réaliser une régulation à deux vitesses, face à l’impact des nouvelles dispositions de la loi fiscale de 2019 sur certaines entreprises. Dans un communiqué lu ce mercredi 6 mars 2019 sur la radio officielle, il a annoncé la suspension des hausses de prix effectuées par le secteur brassicole.

Ses principaux acteurs, la Société Anonyme des Brasseries du Cameroun (SABC) et Guiness Cameroun, la filiale du groupe britannique Diageo, ont en effet décidé d’augmenter le prix de leurs produits avec effet immédiat. Une démarché que le ministre du commerce n’a pas appréciée.

En coulisse, on apprend qu’il n’apprécie pas que son département n’ait été ni consulté, ni suivi dans ses recommandations sur cette affaire. Des observateurs reprochent au gouvernement sa régulation à deux poids deux mesures.

La loi des finances 2019 consacre aussi la suppression de l’exonération de Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) sur les primes d’assurance maladie et assurance vie.

Face à cette situation, les assureurs ont simplement augmenté le coût de certaines primes, notamment celles sur les assurances de voyage. « En raison du retour de la TVA vous serez surpris que la prime ait augmenté », a expliqué un courtier d’assurance, à qui l’Agence Ecofin a posé la question. Sur ce point pourtant, le gouvernement n’a pas ouvert de discussions particulières.

Sous contrainte de son programme avec le FMI, le gouvernement est contraint d’élargir ses recettes fiscales, afin de réduire sa dépendance vis-à-vis des emprunts. Un exercice difficile dans un pays où une part importante de l’activité économique réside dans le réseau informel.

Idriss Linge

 

Recommandé pour vous