Par Alexandre Bordrez


Avec un prix au mètre carré dépassant les 9300€ dans certains quartiers, acheter un bien immobilier sur Paris nécessite un capital supérieur au reste de la France. La capitale se place en effet parmi les métropoles les plus chères d'Europe, en première place pour la France devant Lyon et Bordeaux. A l'exception de quelques richissimes investisseurs, souvent étrangers, les acquéreurs ont recours à un prêt immobilier. La période est d'ailleurs des plus propice pour l'emprunt avec des taux d'intérêt particulièrement bas. La politique des banques centrales devrait en toute logique prolonger encore au moins quelques années cette politique d'incitation à l'investissement. En paralelle, l'Etat et les collectivités locales mettent en place ou maintiennent des politiques et dispositifs allant également dans ce sens : loi Pinel, primes aux primo-accédants, aides régionales…

Lors de l'achat d'un bien immobilier, la négociation de la valeur du bien fait partie des principaux secteurs sur lesquels l'acheteur peut réaliser des économies. Sur Paris, cette option est toutefois vraiment limitée en raison de l'énorme pression d'une demande bien plus abondante que l'offre. Il vous sera donc nettement plus facile de minimiser les coûts en négociant de bonnes conditions pour votre crédit.

Comment bien négocier son crédit ?

Plusieurs facteurs sont à prendre à compte lors de l'obtention d'un prêt immobilier. Premièrement les prêts s'obtenant auprès des banques il est logique que vous vous adressiez en priorité à votre établissement bancaire, celui qui gère vos comptes courants et votre épargne. Toutefois, rien ne vous interdit de vous adresser à une autre banque. En cas de refus ou de conditions que vous estimez trop onéreuse vous pouvez librement faire jouer la concurrence. Il existe d'ailleurs des sites qui vous permettent en quelques clics de recevoir plusieurs propositions de divers organismes. Le taux du crédit est bien sûr un élément essentiel à prendre en compte. Celui-ci reste normalement dans une fourchette relativement restreinte d'une banque à une autre.

L'assurance du crédit est une option sur laquelle les acheteurs cherchent généralement à économiser. Ce n'est pas forcément une bonne idée. Les banques n'ont que peu d'intérêt à prêter pour de l'immobilier. La même somme investie sur les marchés leur rapporte plus. Les banquiers faisant leur marge sur les services associés, dont les assurances, ils sont généralement plus enclins à bien traiter les clients qui souscrivent à une offre complète incluant le prêt et les services associés.

La durée du crédit est un également un critère important. Elle détermine le taux d'intérêt. Un crédit sur 10 ans coûtera ainsi moins cher que la même somme remboursable sur 20 ans.

Un professionnel pour être bien conseillé

Faut-il faire un apport ? Est-il mieux dans tous les cas de souscrire à un crédit de longue durée ? Il n'y a de réponse qu'au cas par cas et malheureusement la personne qui vous accordera le prêt ne sera pas forcément de bon conseil. Elle prêchera pour sa propre paroisse, ou dans certains cas elle ne connaitra simplement pas les possibilités qui vous sont offertes. C'est là que l'intervention d'un courtier en prêts immobiliers basé sur Paris s'avère un atout de taille. Ce professionnel est rompu aux démarches d'obtention de prêts. Il dispose d'un réseau privilégié pour la négociation et de toutes les connaissances nécessaires pour faire baisser le coût du crédit. Il pourra par exemple vous conseiller de négocier une clause de flexibilité lors de la signature de votre crédit. En adaptant vos remboursements à vos gains réels au fil des années vous pourrez ainsi par exemple réaliser de substantielles économies.

La rémunération du courtier au regard des économies réalisées en fait un service qui s'est largement démocratisé au fil des années. Ces professionnels sont généralement rémunérés au résultat, ce qui est une garantie d'efficacité pour le client.

Copyright © Monde Economique - Tous droits réservés