Par Eric Varin


La gestion des ressources humaines se complexifie de plus en plus, d'autant plus que désormais les salariés savent qu'ils devront, au cours de leur vie professionnelle, changer de métier. Alors comment concilier l'efficacité présente avec la promesse d'une performance à venir.

La performance individuelle au service de l'efficience de l'entreprise

La performance reste une notion fortement liée à la stratégie de chaque entreprise. Elle peut être à l'origine du développement de certaines entreprises, comme elle peut, dans d'autres cas, être freinée voire stoppée. Dans tous les cas, la performance individuelle de chaque collaborateur doit se mesure au regard de l'objectif poursuivi par l'entreprise. Il ne peut exister de performance d'un collaborateur, que si l'équipe, dans son ensemble, tire profit de ces résultats encourageants. L'inverse ne se vérifie pas toujours, puisque la performance d'un groupe peut prévaloir à la formation ou à la qualification d'un membre de l'équipe. C'est pourquoi les Ressources Humaines considèrent désormais les deux aspects de la performance, la performance collective qui préside à l'atteinte des objectifs fixés, et la performance individuelle, qui doit se concilier avec le développement personnel. Ce dernier doit permettre à chacun de pouvoir satisfaire les attentes à venir de leurs entreprises.

La performance individuelle, un préalable requis pour le développement de chaque salarié

Il est souvent souligné, ici ou là, que l'organisation verticale des entreprises n'est plus le seul système régissant les entreprises d'aujourd'hui. Néanmoins même en cas de gestion « partagée » des RH, la notion de performance reste un enjeu clé, puisqu'elle repose sur des critères mesurables et identifiables. La progression de chaque membre au service de la force d'un groupe, tel devrait être la conduite des ressources humaines. Mais cela ne peut pas se faire en ignorant les évolutions, voir même les révolutions, que chacun connaitra au cours de sa vie professionnelle. Les innovations technologiques, la mondialisation et la digitalisation des économies impliquent pour les salariés d'accompagner ces changements, afin d'être « opérationnels » au moment où leur entreprise aura besoin d'eux. Cette notion de développement personnel ne peut être dissocié de celle de la performance, qui n'est qu'une mesure à un instant donné.

Du développement personnel de chacun des membres d'une équipe dépend, en grande partie, la performance collective de demain. C'est en cela, que la gestion des Ressources Humaines se doit à la fois de s'imposer comme juge (pour la performance) mais aussi comme coach (dans le cadre du développement personnel), sans qu'aucun de ces deux aspects ne puisse être dissocié de l'autre.

Copyright © Monde Economique - Tous droits réservés