Par la rédaction


L'école Hôtelière de Lausanne a été crée en 1893 afin d'offrir une formation dans le domaine du management hôtelier. Cette institution qui jouit d'une réputation prestigieuse est exemplaire dans le domaine du développement durable. Si bien qu'elle a reçu en 2006 le prix suisse de l'éthique décerné par la haute école d'ingénieur du canton de Vaud.

C'est certain, aujourd'hui il ne s'agit plus seulement de parler mais d'agir, et c'est ce que fait l'école hôtelière de Lausanne. L'environnement est une problématique actuelle qui tient à cœur l'EHL. Elle essaie donc de transmettre aux étudiants une conscience écologique à travers divers aspects : allant de l'économie d'énergie au recyclage, mais elle souhaite tout d'abord montrer l'exemple.

Pour cela, le bâtiment a été aménagé de manière durable. L'école a ainsi investit dans l'installation de panneaux solaires en 2004, au total 240 sur une surface de 300m2 et d'une éolienne depuis 2005. Les luminaires et les stores sont quant à eux informatisés, ce qui économise 40% d'énergie. En cuisine, les déchets organiques sont utilisés pour produire du gaz par biométhanisation qui par la suite produit de la chaleur et de l'électricité. Le plastique est également recyclé. Des lumières leds ont été installées pour éviter d'avoir recours aux ampoules et réduire le coût énergétique en électricité, en plus, un système de « Free cooling » régule l'air ambiant du bâtiment. Grâce à tous ces équipements, la consommation d'électricité a été réduite de 7%.

De plus, deux voitures « Mobility » sont mises à disposition du personnel de l'EHL pour promouvoir le covoiturage. Depuis peu, l'école est parvenue à des accords avec les transports publics lausannois qui la desservent de façon soutenue afin d'inciter les étudiants à la mobilité douce. Ces derniers ont également la possibilité de se faire rembourser une partie de leur abonnement à hauteur de 30% par l'EHL.

Bien que l'économie d'énergie au niveau du bâtiment et le recyclage soient essentiels ce ne sont pas les seuls éléments traités en matière environnementale : les élèves sont sensibilisés tout au long de leur formation (bachelor ou master) à ce sujet. On leur explique notamment comment une infrastructure écologique peut être utile non seulement écologiquement mais aussi économiquement. Ceci semble porter ses fruits, preuve en est : un comité, constitué à l'heure actuelle de 26 étudiants, a été crée depuis 2006. Ces derniers s'impliquent dans divers projets écologiques et essaient d'inciter à une consommation intelligente, par exemple en incitant certains restaurants take away à produire moins de déchets et à utiliser des matières recyclables pour leurs emballages. Depuis 2009, ce groupe a même réussi à mettre sur pieds une restauration biologique et de saison au sein de l'école. La même année, l'EHL a organisé une journée sans impression de papier qu'elle réitère maintenant une fois par an.

Ainsi, non seulement l'EHL est un modèle en matière écologique mais elle est aussi très influente dans le monde entier et sa réputation est internationale. L'école hôtelière de Lausanne est accréditée sur le plan national (HES-so) et international (NEASC). A ce propos, la formation est donnée en français ou en anglais de manière équivalente. Ceci est un réel avantage tant pour les étudiants étrangers qui maîtrisent déjà l'anglais et souhaitent apprendre le français ou pour ceux qui sont francophones et souhaitent suivre leurs études en anglais. C'est donc tout naturellement qu'on retrouve plus de 90 nationalités sur le campus ce qui est bénéfique en terme d'échanges culturels.

En conclusion, les futurs employeurs ne peuvent alors que se réjouir de ces étudiants qui termineront leurs cursus avec une ouverture d'esprit certaine tant sur le plan social qu'économique et écologique. Tous trois constituant des éléments pionniers pour les entreprises et sociétés actuelles.

Alix Dettwiler/ Rédactrice pour le magazine Le Monde Economique

Copyright © Monde Economique - Tous droits réservés