Par Lilia-Nadia Louarith


Le désir profond de tout salarié, quel que soit le domaine dans lequel il exerce son métier, ne serait-il pas de satisfaire son besoin de « s'exprimer » librement et totalement ?

Chacun de nous a ses croyances, ses idéaux, sa propre vision du monde et son système moral. Toutes ces conceptions, qui plongent en nous leurs racines jusque dans notre inconscient, contribuent à définir notre personnalité et sont à l'origine de notre désir de nous exprimer. Pour le salarié, son besoin d'expression peut s'assouvir dans l'invention, c'est-à-dire dans l'improvisation.

Le salarié qui se contente d'exécuter sans chercher à ne rien inventer par lui-même, reste un outil entre les mains des autres, ne stimulant pas son talent et s'imaginant à tord, que l'entreprise à tout tracé pour lui et qu'il ne lui reste plus de place pour exercer sa libre expression. C'est une attitude qui, malheureusement prédomine actuellement chez un trop grand nombre de salariés. L'entreprise procure une base solide, dans laquelle il peut ou doit, donner libre cours à son besoin d'improvisation. Cette liberté se manifeste dans la manière d'être, d'accomplir, d'entreprendre, de s'impliquer et de s'engager, pour ainsi passer à l'action puis à l'exécution.

L'engagement au travail, s'il est poussé dans les plus petits détails, n'offre-t-il pas, d'innombrables possibilités d'improvisations et d'inventions ?

N'y a-t-il pas entre les différents moments de prises de décisions collectives par exemple, de nombreux temps au cours desquels le salarié peut faire appel à sa véritable imagination pour rendre plus abondant son talent ?

Ne lui faut-il donc pas, avant tout, dès le début de son travail, rejeter dans son esprit la tentation de « jouer un rôle, porter un masque », ou de recourir à des clichés ? S'il veut bien cesser de considérer son rôle comme « une personne passe partout » ou « transparente », et essayer de découvrir, sa personnalité originale, il aura accompli un premier pas dans le travail du développement de sa personne au service de sa performance sous la forme de l'improvisation.

Le salarié qui n'a jamais ressenti cette joie qu'on ressent à se « transformer » à chacune de ses contributions au travail, ignore le sens de l'improvisation au service de sa performance.

Ainsi développer ses facultés d'improvisation, permet de découvrir en soi-même une source inépuisable d'inspiration, éprouver un sentiment de liberté entièrement nouveau et enrichir sa vie intérieure, ce besoin vital de l'âme humaine au travail.

Copyright © Monde Economique - Tous droits réservés