Par Agence Ecofin


(Agence Ecofin) - Jean-Pierre Levayer (photo), Directeur Général de BPCE International, fait le point sur l'implication de son groupe bancaire en Afrique, notamment en Tunisie, au Cameroun, au Congo, à Madagascar et à Maurice, et annonce son intention de rechercher un partenaire pour assurer le développement de ces filiales.

Agence Ecofin : Un an après votre arrivée à la tête de BPCE International, quel état des lieux ?

Jean-Pierre Levayer : Depuis un an, nous avons mené une revue stratégique sur la banque de détail à l'international. Nous avons réalisé un travail très approfondi d'examen de nos banques et des perspectives de développement.

Nous avons été rassurés par ce que nous avons vu dans nos banques en Afrique et Océan Indien. Nous avons des équipes professionnelles et des banques qui sont reconnues sur leur territoire. Notre modèle de développement associant une clientèle d'entreprises, locales ou internationales, et une clientèle de particuliers moyen / haut de gamme fonctionne bien et il est apprécié par les acteurs locaux.

Même si la conjoncture peut être difficile dans les pays dans lequel nous sommes, même si nous pouvons connaître des accidents de parcours, nous sommes rassurés sur le résultat.

AE : Comment le Groupe BPCE entend-il se développer en Afrique ?

JPL : Je suis arrivé à la conclusion suivante: nos banques sont pleinement reconnues en Afrique. Leur modèle économique est viable sur le moyen terme.

Mais, au-delà ce premier constat, nous sommes aussi arrivés à la conclusion que pour réussir le développement des banques en Afrique, il était de leur intérêt de s'appuyer sur un partenaire d'expérience, connaissant bien le tissu local, doté d'une solide réputation et d'un fort capital de confiance afin de développer un projet industriel encore plus ambitieux, plus performant, plus conquérant et plus proche des clients.

Après examen des conclusions de notre revue stratégique sur la banque de détail à l'international, le Conseil de surveillance du Groupe BPCE a décidé de rechercher un partenaire financier et industriel permettant de développer l'activité de ces banques en Afrique.

AE : Quel profil de partenaire(s) ?

JPL : Nous examinerons toutes les options de partenariats. Mais nous privilégierons un partenaire avec lequel nous pourrons engager une relation de qualité et durable, condition sine qua non d'un développement économique réussi pour nos clients et pour les collaborateurs des banques, la BTK en Tunisie, la BICEC au Cameroun, la BCI au Congo, la BMOI à Madagascar et la Banque des Mascareignes à Maurice.

Je sais qu'en Afrique la confiance se construit avec le temps. Nous cherchons donc un partenaire qui connaisse déjà très bien l'Afrique et qui a un projet de développement africain.

Le projet de développement des banques avec ce partenaire devra s'inscrire dans la droite ligne de ce que préparent la plupart des grandes banques : conjuguer la qualité de la relation client et les investissements importants à réaliser dans les nouvelles technologies, notamment digitales, à leur service.

Copyright © Monde Economique - Tous droits réservés