Par Dessy Damianova


Comment garder une attention soutenue en été où tout, devenu aérien, vaporeux, diaphane, flotte et ondule autour de nous ? Et comment rester concentré quand tout semble joyeusement se disperser, se dérober, glisser entre les doigts tel du sable à la plage ?

Certainement, rester au bureau alors que la plupart des collègues sont déjà en congé annuel, est une vraie épreuve pour beaucoup d'employés – qu'ils soient en période pré- vacancière ou immédiatement post- vacancière. Selon les différentes entreprises, du point de vue du travail à effectuer, cette période peut être soit particulièrement dure et difficile, soit, tout au contraire, très légère et libre d'engagements sérieux. Mais dans les deux cas, bien que d'une manière très différente, c'est la capacité de concentration qui est mise à épreuve. Dans le premier cas – parce que, en l'absence des grands responsables, des décideurs et des collègues, on doit, avec une attention doublement aiguisée, prendre soi-même les décisions et se charger de missions qui n'entrent pas dans le champ d'activité habituel. Dans le second – parce que, au contraire, on n'a pas grand- chose à faire et que l'on peine à retrouver la concentration nécessaire à accomplir même le peu de tâches qui s'imposent. C'est ce cas-là, très fréquent d'ailleurs, qui nous intéressera dans les lignes suivantes.

En effet, en l'absence de contrainte et d'exigences précises, la disposition à se concentrer a tendance à fléchir et à décliner. Une pression saine, maintenue dans des limites modérées, est toujours nécessaire pour « susciter » une bonne attention. Cette pression est souvent absente en période des vacances, sur le lieu professionnel, alors on peine à retrouver son bon niveau d'attention et on accomplit le travail minimal que l'on a à faire avec une concentration étonnamment défaillante. Comment pallier à cet état des choses qui, bien que très provisoire, peut, au bout du compte, s'avérer consternant et démoralisant ? Les spécialistes de la santé au travail recommandent dans ce cas de pratiquer l'anticipation.

Anticiper les tâches à venir.

Se pencher sur des tâches et des dossiers prévus à traiter seulement à la rentrée pourrait s'avérer doublement profitable. D'un côté cela éviterait à l'employé se trouvant à son bureau en période de vacances de patauger lourdement et désagréablement dans l'inactivité et d'autre côté, cette anticipation lui assurerait une rentrée plus sereine, moins stressée, plus libre de travail à rattraper et de tâches urgentes à accomplir.

Bien évidemment, si nous choisissons d'anticiper nos tâches de septembre, nous devons être prêts à travailler avec toute l'attention nécessaire (d'ailleurs, n'était-ce pas le but recherché ?), avec le sérieux et le sens de la discipline qui caractérisaient nos efforts tout au long de l'année active. A l'instar du quotidien professionnel où tout devait être organisé, réglé et minuté, de même le travail en période de vacances, s'il se veut vraiment effectif, doit être poursuivi en respectant une certaine organisation, un plan et des délais préalablement fixés.

Ceci dit, non pas tout, au bureau, en cette saison de plénitude et de joie, doit ressembler au quotidien gris qui est celui de la plus grande partie de l'année active !

Comment faire entrer l'été au bureau ?

Il faut certes une bonne dose de pression et de discipline pour convoquer la concentration tant désirée. Mais il faut aussi des « stimuli » plus flatteurs, de nature, si possible, à éveiller les sens et à booster ainsi le fonctionnement cérébral. Il est essentiel avant tout de laisser entrer l'été au bureau – si ce n'est pas par la grande porte, au moins par la fenêtre ! Alors, fermons toutes les « fenêtres » de l'Internet que nous avons laissées béantes et qui nous distraient avec leurs films, matchs ou news, et ouvrons grand la fenêtre du bureau pour laisser entrer l'air caressant des longues matinées d'été.

Faire entrer l'été au bureau signifie aussi y laisser s'introduire les parfums et les couleurs de la plus belle des saisons. S'habiller dans le coloris estival caractérisé par les nuances vives et intenses serait seulement une partie d'un tel effort. Pour ceux qui veulent faire davantage et stimuler leur concentration à la fois avec des couleurs agréables et des odeurs suaves, il est conseillé d'apporter des fleurs et raviver ainsi - en même temps qu'embaumer - les intérieurs gris- beiges de leur lieu de travail. (N'oublions pas d'autre part que les odeurs peuvent être de puissants « boosteurs » de la mémoire). Certains, dont les observateurs du site Nerds, préconisent aussi d'apporter au bureau des lunchs colorés avec beaucoup de salade verte et des fruits comme dessert...

Copyright © Monde Economique - Tous droits réservés