Interview de Laurent Biousse: « Aujourd’hui, les marques n’hésitent plus à incarner leurs communications par des internautes influents »

5 avril 2021

Photos © LB Marketing Sàrl

Interview de Laurent Biousse, influenceur et consultant en réseaux sociaux, fondateur de LB Marketing Sàrl

Monde Economique : Quel est l’état des lieux du marketing d’influence en 2021 en Suisse ?

Laurent Biousse : La Suisse n’est pas le premier pays auquel on pense lorsque l’on parle de marketing d’influence contrairement aux États-Unis par exemple. Cependant, la Suisse comprend tout de même de plus en plus d’influenceurs dans les domaines du luxe, du lifestyle et du voyage. Les entreprises suisses sont quant à elles nombreuses à collaborer avec des influenceurs à l’étranger où le choix est plus vaste. En Suisse comme ailleurs il y a deux types majeurs d’influenceurs, les macro-influenceurs et les micro-influenceurs, il n’y a pas une frontière précise entre les deux mais d’une manière générale un micro-influenceur a moins de 100’000 abonnés et une audience plus qualifiée et engagée qu’un macro-influenceur.

Monde Economique : Quel a été l’impact de cette crise sanitaire sur le marketing d’influence ?

Laurent Biousse : Avec la crise sanitaire et les différents confinements, le marketing d’influence a connu un essor important par rapport aux autres types de publicités, beaucoup de personnes ont commencé à acheter des produits en ligne et donc les marques ont dû adapter leur communication en s’orientant vers le marketing d’influence étant certainement l’un des meilleurs moyens de promouvoir et vendre des produits en ligne.

Monde Economique : Face à la remise en cause de la publicité traditionnelle, les consommateurs peuvent-ils avoir confiance dans la communication issue du marketing d’influence ?

Laurent Biousse : Le marketing d’influence est bien plus personnalisé que la publicité traditionnelle pour un consommateur. En effet, on ne choisit pas par exemple les publicités que l’on regarde à la télévision ou les affiches que l’on aperçoit dans la rue contrairement aux publicités d’un influenceur. Lorsque l’on suit un influenceur, on le suit en partie pour ses recommandations et donc indirectement pour ses publicités. On a en quelque sorte choisi de voir ses publicités et on est libre de se désabonner de l’influenceur à n’importe quel moment si on ne veut plus voir ses publications. Malheureusement, il y a bien entendu des limites à tout cela, certains influenceurs profitent de leur audience pour promouvoir n’importe quel produit sans tester la qualité.

Les bons influenceurs collaborent uniquement avec des marques qui les intéressent réellement et avec des produits qu’ils vont réellement utiliser avant de les conseiller.

Monde Economique : Il y a actuellement des milliers d’influenceurs actifs (sur Youtube,

Instagram, Twitter etc) et les marques se retrouvent souvent perdues au moment de mettre en place une collaboration. Comment trouver l’influenceur idéal pour sa campagne marketing ?

Laurent Biousse : C’est compliqué de trouver « l’influenceur idéal », cependant, on peut trouver des influenceurs qui correspondent au mieux à l’image de la marque. Il ne faut pas tout miser sur un seul influenceur, mais en tester plusieurs, c’est de cette manière qu’on aura le meilleur retour sur investissement et qu’on pourra mieux choisir les influenceurs pour sa prochaine campagne marketing. Aussi, il ne faut pas se focaliser sur le nombre d’abonnés d’un influenceur, mais plutôt analyser la qualité de l’audience pour savoir si elle correspond au marché cible.

Monde Economique : Avec plus de 120’000 followers sur Instagram, vous faites partie de ces influenceurs qui ont la cote en Suisse. Quels avantages une marque gagnerait-elle à travailler avec vous par exemple ?

Laurent Biousse : En plus d’être influenceur, je suis également consultant en réseaux sociaux depuis maintenant 4 ans ce qui me donne l’avantage de proposer une offre complète à une entreprise et l’accompagner dans toute sa stratégie de communication sur les réseaux sociaux.

La plupart des influenceurs se contentent de promouvoir une marque, pour ma part le service ne se limite pas à de la promotion, c’est une vraie stratégie d’image, de contenu et de marketing que je mets en place pour l’entreprise.

Monde Economique : Comment le marketing d’influence va-t-il évoluer dans un monde post-COVID

Laurent Biousse : Selon moi, le marketing d’influence va continuer à se développer dans les mois et années à venir. Il suffit de regarder les chiffres qui nous montrent la forte augmentation du taux de fréquentation des réseaux sociaux depuis 2020.

Même si par la suite de nouveaux réseaux sociaux émergent et que d’autres perdent des utilisateurs, il y aura toujours des pages influentes qui intéresseront les marques.

Retrouvez l’ensemble de nos Interviews ici

 

Recommandé pour vous