Les ambitions professionnelles des femmes sont-elles compatibles avec la vie de famille ?

22 novembre 2011

Dès notre plus jeune âge, on nous apprend à gérer notre temps afin d’être le plus rentable possible, et cela en s’organisant au mieux. Les nouvelles technologies : e-mail, réseaux sociaux, portables, etc. sont des instruments nécessaires au gain de temps.

Gérer un agenda, les rendez-vous et délais importants, travailler vite en peu de temps sont des qualités appréciées des employeurs, puisque plus on travaille vite, plus on est capable d’effectuer différentes tâches.

Entre les emplois à horaires fixes, et les irréguliers, il faut réussir à trouver du temps pour soi, que ce soit avoir un moment de détente, faire du sport, passer du temps en famille ou avec ses amis.

Il devient de plus en plus difficile pour les femmes de concilier leurs ambitions professionnelles avec leur vie de famille, à moins d’accepter de travailler temporairement. A disposition des parents, il existe actuellement les crèches pour les plus petits, puis les parascolaires et enfin les maisons de quartier. Mais pour tous ces services, il faut débourser un minimum d’argent. Heureusement, la plupart sont à des prix abordables pour les petites bourses, et il existe des fonds d’aide sociale pour financer, entre autres, les camps de vacances lorsque les parents n’en ont pas les moyens.

Seulement, et comme partout, les places sont limitées. Et bien souvent, on remarque que les listes d’attente sont importantes. Le manque de possibilités de placer son enfant pendant que l’on travaille est un frein au plein temps. On remarque, couramment, que les mères ne travaillent pas à cent pourcent afin de pouvoir s’occuper des enfants, plus rarement les pères.

Pour les travailleurs sans enfant, ils ont plus de temps en soi, mais encore faut-il réussir à ne pas être trop submergé de travail, pour pouvoir avoir une vie en dehors du boulot ! Pour le développement personnel et le bien-être, il est important de faire du sport, de se créer un réseau social, et de pouvoir envisager de créer une famille.

Aujourd’hui, on observe que les femmes ambitieuses ont fréquemment renoncé à une vie de famille, parce qu’il leur paraît impossible de concilier les deux. Un problème au final récurrent, car cela fait des décennies que l’on en entend parler. Et les déficits des budgets publics n’aident pas à résoudre ce genre de difficulté. Pourtant, le marché du travail serait bénéficiaire de voir des mesures mises en place, puisque que cela permettraient aux travailleurs d’être plus à même d’avoir du temps à disposition de leur employeur.

En Suisse, plusieurs mesures ont été mises en œuvre afin d’aider les parents, entre autres au niveau des impôts. Et aussi des offres de placement pour les enfants, comme vus ci-dessus.

Certains employeurs ont bien compris ces soucis et ont su réagir en conséquence, en proposant notamment des plages horaires sportives entre midi et deux, pour leurs employés, ou encore des crèches à disposition des jeunes parents, directement dans les bâtiments de l’entreprise.

« Le temps c’est de l’argent », mais prendre du temps pour soi, pour sa famille, c’est s’assurer un équilibre, un avenir sain.

Peut-être que plus les employeurs mettront des mesures sociales à disposition de leurs employés, plus ceux-ci se sentiront bien et feront leur travail au mieux… au final, ils seront peut-être encore plus rentables !

Ella Dettwiler/Rédactrice chez Le Monde Economique

 

Recommandé pour vous