Les levées de fonds réalisées par les start-up africaines ont progressé de 108% en 2018, à 1,16 milliard $

27 mars 2019

(Agence Ecofin) – Les start-up africaines ont réalisé des levées de fonds d’un montant global de 1,16 milliard de dollars en 2018, un montant en hausse de 108% par rapport à 2017, selon un rapport publié le 22 mars par le fonds de capital-risque Partech Africa. Ces levées de fonds ont été réalisées par 146 start-up réparties entre 19 pays, a-t-on précisé de même source.

Le fonds de capital-risque, qui dispose de deux bureaux à Dakar et Nairobi, ne comptabilise que les levées de fonds d’un montant compris entre 200 000 et 100 millions de dollars, par des start-up de la tech ayant leur marché principal sur le continent. Les « petits tickets », qui sont plus difficiles à suivre et à vérifier, sont ainsi écartés du calcul.

Les levées de fonds réalisées durant l’année écoulée ont dépassé toutes les attentes.

« En 2015, nous envisagions que la barre symbolique du milliard de dollars serait franchie, mais pas avant 2020. La réalité nous a rattrapés avec deux années d’avance ! Il est clair que l’écosystème tech africain se renforce chaque année de manière considérable, et que les entrepreneurs africains ont fortement gagné en attractivité », ont commenté Cyril Collon et Tidjane Deme, tous deux associés de Partech Africa et coauteurs du rapport.

Preuve du dynamisme des start-up africaines, sur les 146 levées de fonds réalisées en 2018, 70 sont des rounds  d’investissement en série A (pour les sociétés qui se situent au stade post-amorçage) et série B (seconde levée de fonds pour les sociétés en processus de scalabilité) pour un montant total de 482 millions de dollars (+ 58 %).

14 levées de capitaux sont des levées de croissance pour un montant total de 602 millions de dollars (+102 %).  

Les levées de fonds en seed (amorçage) – la phase la plus risquée pour les investisseurs – sont également en hausse en 2018, avec 80 levées enregistrées pour un ticket d’entrée moyen de 1 million de dollars.

La ventilation des levées de fonds réalisées en 2018 par pays fait ressortir que le Kenya a pris l’ascendant sur le Nigeria et l’Afrique du Sud. Les jeunes pousses kényanes ont attiré 348 millions de dollars durant l’année écoulée, contre 306 millions pour les start-up implantées au Nigeria et 250 millions pour celles opérant en Afrique du Sud. Viennent ensuite la Tanzanie (75 millions), l’Egypte (67 millions), le Malawi (28 millions) et le Sénégal (22 millions).   

 

Recommandé pour vous