Les réserves de change du Nigeria menacées par la condamnation à payer une amende record de 9 milliards $

21 août 2019

(Agence Ecofin) – La position financière extérieure du Nigeria, la première économie d’Afrique en terme de produit intérieur brut, est actuellement menacée par une décision de la justice britannique, qui impose au pays de payer des dommages-intérêts de 9 milliards $. Ce, en compensation à une entreprise gazière incorporée au Royaume-Uni, qui aurait été défavorisée dans un projet qu’il développait dans le sud du Nigeria.

L’application définitive d’une telle décision pourrait constituer un important choc extérieur pour le pays ouest-africain, qui doit batailler pour maintenir son niveau des réserves de change au-dessus des 43 milliards $. En visite à Londres, Godwin Emefiele, le gouverneur de la Banque centrale, a indiqué qu’il ne lâchera rien dans cette affaire, et qu’un recours en appel de cette décision a été déjà été introduit.

Le Naira n’échappe pas à la pression actuelle qui frappe le marché international des changes. La monnaie nigériane a en effet, de nouveau reculé cette année. Le pays applique une stratégie multi taux avec le taux de référence de la Banque centrale qui est à 306 nairas pour 1 $, et un taux défini par le marché qui s’est lui, fortement dégradé à 363 nairas/1$, en baisse de plus de 18%.

Godwin Emefiele était récemment de passage à Londres, la capitale britannique, pour aussi essayer d’apporter une réponse à cette situation. Aidé par le groupe bancaire sud-africain Standard Bank, il a courtisé des gestionnaires de fonds britanniques pour qu’ils viennent investir dans les obligations émises sur son marché local des titres publics.

Une autre urgence à régler ce problème vient de ce que, Moody’s, l’Agence de notation américaine, a récemment révélé que le Nigeria manquait de surface de flexibilité sur ses dépenses en cas d’éventuels chocs extérieurs. Le gouvernement du président Buhari récemment réélu, a pris un certain nombre d’engagements politiques, qui font l’objet d’attentes aussi bien par les populations que les acteurs économiques.

Idriss Linge

 

Recommandé pour vous