RDC: les banques s’engagent à mieux lutter contre le blanchiment d’argent, pour sauver l’accès aux services internationaux de compensation

14 juillet 2019

(Agence Ecofin) – A la suite des rencontres qui se sont tenues avec les départements américains du Commerce et du Trésor, ainsi que des responsables de Citigroup, l’Association des Banques en République démocratique du Congo (ABC) s’est engagée à mettre en place des outils de lutte contre le blanchiment d’argent, apprend-on de sources crédibles.

L’ACB prévoit ainsi de renforcer les services de contrôle de conformité des institutions financières du pays, établir des mécanismes plus efficaces pour le respect des sanctions, imposer aux banques un contrôle rigoureux des comptes bancaires des personnes politiquement exposées et sensibiliser davantage les autorités nationales au renforcement du cadre juridique local, en matière de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme.

Le Franc congolais étant trop faible, une part significative du système monétaire de ce vaste pays d’Afrique est dollarisée. La RDC est en effet passée par une hyperinflation dans les années 97. Même si les prévisions de la Banque centrale prévoient un niveau général de hausse des prix à 22,3% pour l’année 2018, la pression sur les ménages et les petites entreprises demeure forte, ce qui a pour conséquence une nette préférence pour la détention des dollars chez les agents économiques.

Pour les banques congolaises, une telle initiative a donc pour but de leur redonner de la crédibilité auprès des correspondants bancaires internationaux, notamment américains. Le pétrole et les ressources minières solides représentent 87% des exportations du pays, qui sont réglées en dollars américains. Dans le même temps, l’essentiel des actifs des banques (50%), qui est constitué de cash et de créances interbancaires, est libellé en dollars.

Commentant cette évolution des choses, l’Agence américaine de notation Moody’s estime que c’est une situation positive. « Cela réduira le risque de perte d’accès aux correspondants bancaires pour des services de compensation en dollars américains », ont fait savoir ses experts, dans une note d’analyse dont l’Agence Ecofin a eu une copie.

Idriss Linge

 

Recommandé pour vous