A quel moment doit-on envisager sa reconversion professionnelle ?

10 novembre 2011

Autrefois, on n’avait, dans sa vie, qu’un seul métier. Aujourd’hui c’est devenu une mission impossible. L’enfant va à l’école et à la fin de ses études, il fera son entrée dans le monde du travail. Durant sa vie, il va devoir changer environ trois fois de métier, et au moins autant de fois d’entreprises avant d’aller à la retraite.

A l’origine de cela, probablement la précarité de l’emploi ou juste l’envie de changer d’univers et de prendre un nouveau depart qui correspond à nos envies du moment.

Le phénomène s’est tassé durant le XXème siècle, on ne ressentait pas encore le marché de l’emploi comme de nos jours. Et, à la fin des années quatre-vingt, on a commencé à apercevoir ce phénomène, bien qu’il ait toujours eu lieu. Le capitalisme est donc responsable de ces changements, mais n’oublions pas qu’à l’époque, on choisissait un métier pour la vie, et on n’en changeait plus. Non pas que l’envie n’existait pas, mais surtout parce qu’on n’avait pas le choix.

Aujourd’hui, il existe grâce à deux grands facteurs : les couvertures sociales, qui nous permettent d’envisager, à tout moment, une reconversion, en nous aidant dans nos choix ou dans nos frais, et les études, qui nous facilitent un changement de perspective professionnelle, grâce à leurs débouchés, toujours plus larges. La forte densité des entreprises favorise aussi la reconversion en permettant une permutation plus simple entre les entreprises et une concurrence entre les employés.

La plupart du temps, les reconversions sont volontaires : à cause d’un ras-le-bol, d’une passion fraîchement découverte ou encore grâce à une opportunité. Lorsqu’elles sont forcées, les causes deviennent bien plus diverses : un métier qui évolue, un autre qui disparaît et dans le pire des cas, un accident, un burn-out ou encore une entreprise qui se délocalise.

Comment faire pour réussir une reconversion professionnelle ?

Là-dessus, de nombreuses entreprises proposent leur aide. Certaines via des bilans personnels, afin que vous sachiez où vous en êtes et vers quel chemin vous vous dirigez. D’autres, avec un système de coaching, pour vous donner la pêche et l’envie de percer dans un nouveau domaine.

Toutes s’accordent sur quelques points :

  • Avant tout, il faut bien réfléchir. Un changement de profession ne se fait pas sans danger, ni conséquences. Mais une limitation des risques, pour minimiser l’impact, est nécessaire.
  • Demandez-vous si vous avez les compétences requises pour ce métier, car si ce n’est pas le cas, la reconversion n’en sera que plus difficile.
  • Ensuite, il faut que vous possédiez une motivation suffisante pour entreprendre cette démarche qui ne sera pas aisée d’autant plus si une formation est requise.
  • Regardez qu’il y ait une demande sur le marché du travail, car si la profession déborde de candidats il est impératif de viser un autre objectif.

Pour terminer, il est important de relever que, quel que soit votre âge une reconversion est envisageable, mais elle doit être bien préparée. Alors optimisez vos chances de réussites !

 

Recommandé pour vous