Avant la Silicon Valley et Shark Tank – Les entrepreneurs du passé

6 avril 2020

Par Olivier Naray

Si nous demandons aux enfants, ce qu’ils veulent devenir quand ils seront grands, ils répondront très probablement policier, astronaute ou acteur. Si vous demandez aux « millennials », vous entendrez probablement plus souvent « entrepreneur ». Les start-up sont en vogue. Vous n’êtes quelqu’un que si vous avez déjà au moins une entrée sur LinkedIn avec le titre de « co-fondateur » sous la rubrique expérience professionnelle. Le travail ne se fait pas dans un simple bureau gris, mais dans des pièces claires et colorées, avec beaucoup de plantes et des meubles étranges, appelées « espaces de coworking ». C’est également là que vous rencontrez d’autres entrepreneurs tout en buvant un espresso dans une machine à café italienne. Vous rencontrerez à nouveau les mêmes entrepreneurs lors d’événements tels que la « Slush » en Finlande, la principale conférence sur les start-up en Europe, où, outre la recherche d’investisseurs, ils aiment tout autant faire la fête.

Nous oublions que l’innovation et l’esprit d’entreprise existaient déjà avant. Nous trouvons des personnages novateurs dotés d’un esprit d’entreprise à toutes les époques et en tous lieux du monde. C’est pourquoi nous présentons ici trois exemples qui sont un peu moins connus que Mark Zuckerberg et Elon Musk.

Le premier supermarché du monde – Michael Cullen

La Grande Dépression a suivi son cours avec le Mardi noir, le crash boursier de New York de 1929. Les années suivantes aux États-Unis ont été marquées par la déflation, un chômage élevé et la pauvreté. En 1932, 34 millions d’Américains appartenaient à une famille où personne n’avait d’emploi régulier à temps plein. Le revenu des ménages a chuté de 40 % au cours des trois années qui ont suivi le krach, soit presque autant qu’à l’époque du coronavirus.

Cependant, un employé d’une chaîne d’épicerie a saisi l’occasion de cette crise pour inventer le supermarché. La structure des épiceries de l’époque était caractérisée par une petite surface de vente et une gamme très limitée d’articles sans viande ni produits de boulangerie. Michael Cullen a vu le potentiel de révolutionner ce concept. Il a fait part de son idée à son employeur et a proposé d’ouvrir des supermarchés avec une surface de vente environ dix fois plus grande que la précédente et avec un assortiment complet. Mais son patron a refusé. Cullen ne s’est pas laissé décourager et, peu après, il a ouvert son premier supermarché, « King Kullen ». Son idée était basée sur la conviction que l’on ne peut battre la concurrence que si l’on vend à un prix plus bas et cela n’est possible qu’en réduisant les frais généraux, résultat des économies d’échelle du magasin agrandi. Cette stratégie était parfaitement adaptée au moment de la crise économique mondiale. Comme les gens disposaient de moins d’argent et que Cullen pouvait vendre moins cher, son supermarché a connu un succès immédiat. Malheureusement, il est mort inopinément quelques années plus tard. Mais son héritage, le supermarché moderne, demeure.

L’esprit d’entreprise en période d’incertitude – Ruslan Goryukhin

Un autre exemple, la période de la Perestroïka, le processus de modernisation de l’Union soviétique. Il a été lancé en 1986 par Mikhaïl Gorbatchev. En principe, le programme, qui a introduit des réformes dans le domaine politique, économique et social, visait à relancer le système économique défaillant. Cependant, les mesures n’ont pas abouti au résultat souhaité et l’Union soviétique s’est effondrée.

Si les changements profonds ont été synonymes de grande incertitude pour beaucoup de gens, d’autres y ont vu des opportunités. Ruslan Goryukhin est ce que nous appellerions aujourd’hui un « entrepreneur en série ». Dans sa ville natale d’Odessa, il a fondé plusieurs entreprises à partir de 1986. À cette époque, Goryukhin n’avait que vingt ans. Il a fait son premier grand coup lorsqu’il a vu l’opportunité de se spécialiser dans la production de sacs et de valises pour les  « marchands pendulaires » (shuttle traders). Ces commerçants transportaient leurs marchandises à vendre avec des valises d’un endroit à l’autre. Mais Goryukhin n’était pas satisfait de ce succès. Son chemin l’a conduit à Moscou au milieu des années 90. L’effondrement de l’URSS à partir de 1991 a eu des conséquences économiques, telles qu’une forte inflation et des coûts d’électricité extrêmement élevés. En conséquence, le secteur de l’industrie a été gravement touché, car des chaînes d’approvisionnement complexes ont été interrompues. Cependant, Goryukhin a réussi à reconstruire le réseau de fournisseurs et a même gagné de nouveaux clients pour une grande entreprise de production d’acier grâce à un système élaboré de « transactions de troc », après que la production de l’entreprise s’est initialement effondrée de 70 %. Il avait auparavant négocié des accords de troc de moindre importance, mais il a vu une occasion d’appliquer cette méthode avec succès à grande échelle. Il a pu se forger une réputation de partenaire commercial très fiable, ce qui était rare, surtout à l’époque. Grâce à son esprit d’entreprise, il avait réussi à transformer les caractéristiques d’une période incertaine en une entreprise prospère. Aujourd’hui, en tant qu’investisseur lui-même, il est en mesure de soutenir les jeunes entrepreneurs comme il l’a fait autrefois. Goryukhin vit aujourd’hui en Suisse.

Avancer dans un domaine masculin – Blanca Treviño

Dans les années 80, le Mexique n’était pas l’endroit que vous choisiriez pour réussir la création d’une entreprise. Le boom pétrolier, qui a débuté en 1976 après la découverte de réserves de pétrole, a tenté le gouvernement de poursuivre la politique fiscale excessive des années 1960. Lorsque les prix du pétrole sont revenus à un niveau normal en 1981, le Mexique, qui comptait uniquement sur ce secteur, n’était plus en mesure de payer sa dette extérieure et une inflation historique s’est installée. Il a fallu une décennie pour que l’économie s’en remette, c’est pourquoi les années 1980 sont entrées dans l’histoire comme « La Década Perdida » de la croissance économique.

1981 est également l’année où Blanca Treviño obtient sa licence en gestion des systèmes informatiques. Elle était la seule femme de sa volée. Cela a d’abord effrayé Treviño. Mais son père l’a convaincue d’ignorer ce fait et d’étudier ce qu’elle voulait vraiment, même si cela signifiait travailler dans une profession entièrement masculine. Après avoir été licenciée de son premier emploi, comme beaucoup d’autres à l’époque pour des raisons économiques, l’idée de créer sa propre entreprise a mûri. Avec seulement 10 000 dollars américains et quelques partenaires commerciaux, elle a fondé Softtek en 1982. L’entreprise propose diverses solutions informatiques. L’entreprise a connu une croissance continue, grâce à une expansion géographique constante et dans de nouveaux domaines d’activité, et malgré les problèmes économiques du Mexique. En 2000, Treviño a pris le poste de PDG, et l’entreprise a commencé à se développer encore plus rapidement. Aujourd’hui, Softtek est une entreprise internationale qui compte 15 000 employés et Treviño reste une source d’inspiration pour les femmes qui ne se laissent pas intimider par une pièce remplie d’hommes.

 

Recommandé pour vous