Clariter obtient une empreinte carbone nette négative grâce à sa technologie unique de recyclage du plastique

1 décembre 2020

Entreprise internationale de cleantech, Clariter a annoncé que sa solution unique de recyclage du plastique affichait une empreinte carbone nette négative selon les résultats d’une nouvelle étude. En d’autres termes, cette technologie réduit la quantité de carbone dans l’environnement au lieu de l’accroître.

Ces résultats sont issus d’une analyse du cycle de vie (ACV) indépendante conduite par CE Delft, un cabinet d’études et de conseil de renom. L’ACV a ainsi permis de déterminer que l’empreinte carbone de Clariter était inférieure à zéro et produisait un bénéfice environnemental net, la solution réduisant de fait les émissions de carbone.

Cette étude avait pour objet de préciser la durabilité offerte par Clariter à ses clients et aux autres parties prenantes, ainsi que de leur fournir des informations plus détaillées sur ses activités de création d’ingénierie.

À la différence des procédés majoritairement employés par l’industrie du recyclage, qui privilégient le traitement mécanique du plastique, Clariter a opté pour un recyclage chimique. Sa technologie innovante transforme les déchets plastiques indésirables en produits industriels purs à forte valeur et prêts à l’emploi : une solution révolutionnaire face à l’épidémie de déchets plastiques.

Clariter complète le recyclage mécanique à travers la récupération des flux de déchets qui ne peuvent pas être traités mécaniquement. Alignant trois étapes, son procédé chimique breveté permet de recycler des déchets plastiques en produits chimiques purs sans soufre et inodores – solvants aliphatiques, huiles minérales blanches et cires de paraffine d’un blanc immaculé –, qui sont ensuite utilisés dans la composition de plus de 1 000 produits finaux et de consommation.

À court terme, Clariter ambitionne de construire et d’exploiter des usines complètes qui recycleront chacune 60 000 tonnes de déchets plastiques et produiront 50 000 tonnes de produits propres par an. L’analyse du cycle de vie a également mis en évidence les atouts considérables du procédé de Clariter dans le cadre du traitement de déchets plastiques non recyclables mécaniquement.

Geert Bergsma, Responsable de l’analyse de la chaîne d’approvisionnement chez CE Delft, déclare : « CE Delft a réalisé pour Clariter une analyse du cycle de vie de la première étape de fabrication jusqu’à la sortie de l’usine (from-cradle-to-gate). D’après nos résultats, sa solution est plus avantageuse que les filières d’élimination des polyoléfines par recyclage non mécanique, et Clariter est parfaitement en mesure d’obtenir une empreinte carbone négative encore plus importante. Si l’entreprise fait appel à des fournisseurs d’énergie 100 % renouvelable, cette probabilité s’avèrera d’autant plus plausible. »

Si l’on compare le recyclage des déchets plastiques (polyoléfines) par Clariter avec celui obtenu par d’autres filières, la technologie de Clariter est avantageuse à la fois compte tenu de l’impact réduit de ses procédés de production, mais aussi en raison de la non-utilisation de produits ou d’énergie conventionnels. L’ACV démontre que : 

1.     L’empreinte carbone de Clariter est négative (inférieure à zéro), aboutissant ainsi à un bénéfice environnemental net. Contrairement aux autres solutions, le système élaboré par Clariter ne pollue pas et n’épuise pas les ressources de la planète, mais contribue plutôt à la nettoyer.

2.     Les impacts et bénéfices de cette solution surpassent ceux du procédé de pyrolyse[1], qui produit des composés intermédiaires, à savoir de l’énergie, du combustible ou du nouveau plastique. La pyrolyse prolonge la durée de vie du plastique, tandis que le procédé Clariter y met définitivement fin.

3.     Les usines de Clariter devraient démontrer une production d’énergie favorable par rapport à l’incinération de déchets solides urbains. Elles devraient également être plus compétitives que celles employant les procédés de pyrolyse les plus performants, la solution de Clariter affichant une meilleure empreinte carbone.

Petra Koselka, Directrice des opérations chez Clariter, affirme : « Notre empreinte carbone négative nous confère une position unique et solide. En continuant d’optimiser nos installations et en utilisant des sources d’énergies renouvelables – potentiellement de l’hydrogène vert à terme –, nous devrions aboutir à une empreinte carbone encore plus avantageuse via ce procédé. Apporter ces produits verts à nos clients, offrir un nouveau départ aux acteurs de l’industrie : telle est notre ambition. La finalité est importante non seulement pour nous, mais aussi pour le secteur du recyclage chimique dans son ensemble. »

Clariter a fait appel aux services de REYL & Cie en tant que conseiller financier.


[1] La pyrolyse est un procédé chimique également connu sous le nom de craquage thermique.

Retrouvez l’ensemble de nos articles Inside ici

 

Recommandé pour vous