Commentaire de Verena Wachnitz, gestionnaire du fonds T. Rowe Price Latin America

30 octobre 2019

« Le résultat des élections en Argentine a apporté sans surprise la victoire à Alberto Fernandez et Christina Kirchner, cependant avec une marge beaucoup plus faible que lors des primaires, et sans majorité pour les kirchneristas au Congrès. 

Un point positif est sans doute que le cambiemos (parti) du Président Macri a remporté 2 millions de voix de plus que durant les primaires, avec une victoire écrasante dans la ville de Buenos Aires et il a remporté quelques autres batailles municipales importantes. Sans obtenir la majorité au Congrès, Alberto Fernandez sera donc freiné par une opposition plus forte de cambiemos, réduisant ainsi le risque de changements plus extrêmes tels que constitutionnels. Le scénario de l’implosion de cambiemos, laissant le kirchernisme avec le champ libre, semble hors de question pour le moment. 

L’autre risque qui semble avoir diminué est celui d’une transition désordonnée. La Banque Centrale d’Argentine a déjà mis en place des contrôles plus stricts sur les capitaux, et les efforts visant à coordonner les actions avant le changement effectif de gouvernement le 10 décembre commenceront aujourd’hui.

Ce résultat électoral est toutefois défavorable pour les perspectives économiques à court terme.  Les conflits internes entre Kirchner et Fernandez pourraient bien entraver les tentatives d’adopter une approche économique plus conventionnelle et nous assisterons probablement à un mélange de mesures telles qu’un contrôle des capitaux, un ajustement fiscal limité, des taxes à l’exportation plus élevées, une monétisation, un encadrement des prix et des salaires ainsi qu’une renégociation lors de défaut de paiement ou de dette. »

 

Recommandé pour vous