Demain j’arrête mon job

8 novembre 2021

Qui n’a jamais rêvé de pouvoir claquer la porte sur un coup de tête face à une énième remarque désagréable provenant de son supérieur hiérarchique ?! L’idée parait très séduisante mais en réalité combien sont prêts à sauter le pas et est-ce une bonne chose de partir en mauvais terme ?! On a tous envie de pouvoir arrêter de travailler du jour au lendemain, ne plus mettre de réveil pour se lever tous les matins et réaliser des tâches dont on prend aucun plaisir, en subissant son patron ou ses collègues. S’offrir le luxe de démissionner avec fracas est tentant mais est-ce réellement raisonnable lorsqu’il s’agit d’assurer l’après ?! Dès lors quelles sont les conséquences d’une démission sur un coup de tête et comment faire pour quitter son travail avec classe ?

Oser partir mais penser à l’après

Puisqu’il ne faut jamais réagir à chaud, soigner son départ lorsque celui-ci devient nécessaire est une chose importante ! En effet, il faut garder à l’esprit que le monde professionnel est un secteur fermé régi par des codes auxquels il peut être fatal de déroger. Ainsi ne pas détériorer l’image que vous donnez à votre employeur est la clé pour pouvoir s’offrir des conditions de travail meilleurs dans une nouvelle structure. 

Ne perdez pas de vue que le domaine dans lequel vous travaillez est un milieu où les informations circulent très vite, d’autant plus si vous habitez dans une petite ville. Lorsque vous vous engagerai dans la recherche d’emploi, les employeurs friands de connaitre vos précédentes expériences professionnelles vont avoir une image négative de vous en apprenant la manière avec laquelle vous avez démissionné. Mieux vaut donc ne pas se précipiter malgré la tentation et quitter son emploi avec intelligence.

Les conséquences d’une démission trop rapide 

Vous avez beaucoup pris sur vous-même et n’avez pas pu vous empêcher d’exploser car la coupe est devenue trop pleine et vous avez pris la décision de démissionner ?! L’instant d’après vous vous sentez soulagé mais le compte à rebours de votre préavis obligatoire est lancé et vous commencez à prendre conscience des conséquences de votre acte. En effet, il ne faut pas oublier que cet acte héroïque pour certains, rime avec perte de revenus ! Si vous n’avez pas un autre emploi à la sortie, la suite risque d’être difficile. Dès lors, cela vaut il vraiment le coup de se précipiter et de réagir à chaud ?! Soyez donc pragmatique et faites les choses dans l’ordre, si vous sentez que votre travail devient source de mal être pour vous, n’attendez pas d’être à court de nerfs pour réagir.

Privilégier la discrétion et le professionnalisme 

Vous avez envie de le crier sur tous les toits que votre départ est proche mais par politesse et surtout par respect pour vous-même et votre hiérarchie vous allez vous en abstenir et vous comporter en adulte. Vous avez envie de fanfaronner, certes, mais vous n’allez pas aller bien loin avec cette attitude qui risque au contraire de vous pénaliser à court et long terme. Vous allez commencer par l’annoncer en premier lieu à votre responsable hiérarchique et de vive voix de préférence, même si on préfère échapper à l’entretien et l’annoncer par simple courrier, vous vous sentirez mieux de le faire de cette façon.

De plus, votre patron appréciera la démarche d’être avertie par vous-même de votre intention de quitter votre emploi. Vous avez beaucoup de rancœur et de reproches à lui adresser ?! Il est préférable de ne pas établir une longue liste de reproches mais d’exprimer de manière claire et précise les raisons de votre départ. Employez les formules qui soient respectueuses tout en exposant votre opinion afin que les motifs de votre départ soient entendus.  

Retrouvez l’ensemble de nos articles Emploi & Carrière ici

 

Recommandé pour vous