COVID 19 : Ces héros qui sauvent des vies en risquant la leur

29 septembre 2020

Chaque crise d’ampleur internationale a son lot de héros. Dans le contexte du COVID 19 où l’information est vitale, des journalistes, lanceurs d’alerte ou professionnels prennent des risques pour partager l’information. Ils sont de profils divers.  Mais ils ont en commun d’avoir révélé des informations sur la gravité de la pandémie. Ils ont bravé surtout au péril de leur vie, le formalisme ou les réserves des autorités locales, pour diffuser la bonne information et contredire les fausses. Nous faisons ici un zoom rapide sur les 30 héros dévoilés par Reporters Sans frontière (RSF).

Des citoyens qui voulaient diffuser la vérité sur la pandémie

Sur les réseaux sociaux, les informations peuvent aller vite. Certaines autorités politiques l’ont appris à leurs dépends. En effet, parmi ces 30 hommes et femmes qui se sont illustrés, certains ne sont ni journalistes ni professionnels de l’information. Ils n’étaient que de simples citoyens, soucieux d’informer pour sauver, même s’il en faut payer le prix. C’est le cas du chinois Li Wenliang.

Ce médecin ophtalmologique fut le premier lanceur d’alerte sur cette épidémie avant qu’elle n’éclate à Wuhan. Il a été suivi par son compatriote avocat Chen Qiushi. Ce dernier a notamment dénoncé sur son blog le chaos qui régnait dans les hôpitaux de Wuhan alors que le gouvernement chinois rassurait sur la maîtrise de la situation. Les deux ont finalement été infectés puis ont été victimes des mesures sécuritaires mises en place par les autorités. Si le premier a curieusement succombé à la maladie et le second, quant à lui n’a plus donné signe de vie depuis sa mise en quarantaine.

Des journalistes et autres professionnels courageux

Diffuser l’information leur a bien coûté cher cette fois-ci. Leurs révélations concernaient la gravité de la crise et la mauvaise gestion de la riposte par les autorités et a permis à bon nombre de personnes de réaliser les ravages que faisait le virus. Ainsi, pour son tweet qui contestait les chiffres officiels, le journaliste vénézuélien Darvinson Rojas a passé 12 jours en prison. L’indien Vijay Vinnet pourrait y faire un plus long séjour. Il risque en effet six mois parce qu’il a révélé que des enfants affamés de son pays ont dû se nourrir de fourrage à cause des restrictions du confinement.  Quant au caricaturiste Ahmed Kabir Kishore du Bangladesh, il pourrait passer toute sa vie en prison. Et ce, juste parce qu’il a publié sur les réseaux sociaux, des dessins qui indexent des politiciens corrompus dans la gestion de la crise.

Des ligues de veille informationnelle sur la pandémie

D’autres professionnels se sont aussi ligués pour un impact d’information plus significatif. En Russie, ce sont 25 médias russes qui se sont rassemblés sous « le Syndicat-100 », à l’initiative du tri-hebdomadaire Novaïa Gazeta. Ils ont donc pu lutter efficacement contre la désinformation dans la riposte contre l’épidémie. De même au Brésil, des médias se sont organisés au sein du « Gabinete de crise » pour informer les populations des favelas qui étaient délaissés par les actions gouvernementales.

L’histoire de chacun de ces héros démontre qu’ils ont dû parfois innover, et surtout surmonter des obstacles pour apporter à leurs communautés des informations précieuses. Car leur courage a sauvé des milliers de vie. Ils ont donc mérité l’hommage que leur a rendu RSF.

Voici la liste des ces héros

  • Andjoua ABOUHEIR (Comores)
  • Mahmood AL-JAZEERI (Bahreïn)
  • L’association des correspondants de la maison blanche (USA)
  • Salim AKASH (Jordanie / Bangladesh)
  • Chris BUCKLEY (Chine)
  • Buenos Dias Guinea (Guinée équatoriale)
  • Caixin (Chine)
  • CHEN Qiushi (Chine)
  • Eugene DUBE (Eswatini)
  • Fang FANG (Chine)
  • Gabinet de crise (Brésil)
  • Ahmed KABIR KISHORE (Bangladesh)
  • Ana LALIC (Serbie)
  • LI Wenliang (Chine)
  • PAJHWOK AFGHAN NEWS (Afghanistan)
  • La presse locale de Guayaquil (Equateur)
  • Radio Corona Internationale (Algérie/USA)
  • Darvinson ROJAS (Venezuela)
  • ROYATV (Jordanie)
  • Sergueï SATSOUK (Bélarus)
  • Anisseh SHAHID (Afghanistan)
  • Mahmud SHARIARI (Iran)
  • Tashny SUKUMARAN (Malaisie)
  • Le Syndicat-100 (Russie)
  • Togocheck (Togo)
  • Siddharth VARADARAJAN (Inde)
  • Vijay VINEET (Inde)
  • WAFM (Côte d’Ivoire)
  • Rede WAYURI (Brésil)
  • Blaz ZGAGA (Slovénie)

Retrouvez l’ensemble des articles de la rubrique décryptage ici

 

Recommandé pour vous