Du leadership personnel au leadership d’influence en entreprise…

15 juillet 2020

Par Valérie Macquet

Acquérir du leadership est à la portée de tout un chacun, si l’on définit le leadership comme une capacité à se mobiliser pour agir en créateur de valeur afin de devenir entrepreneur de sa propre vie…

Nous sommes tous confrontés à un environnement qui exige que nous devenions leader et acteur de notre vie

Affirmer son leadership dans la sphère personnelle

Le leadership est souvent évoqué en référence à un meneur d’équipe. En réalité, il s’agit de savoir mobiliser son énergie interne afin de pouvoir d’abord maîtriser sa propre existence, en se mettant dans les meilleures dispositions pour faire face aux défis que la vie ou notre activité nous invite à relever.

Que nous soyons parents, étudiants, secrétaires, employés, artisans, entrepreneurs, dirigeants, collaborateurs ou managers, nous sommes tous confrontés à un environnement qui exige que nous devenions leader et acteur de notre vie.

Développer son leadership dans la sphère professionnelle

Il est essentiel de savoir apprivoiser sa dose de leadership personnel avant de chercher à découvrir l’énergie positive qui permet d’exceller au sein de notre univers professionnel. Cela est d’autant plus vrai que les transformations importantes qui bousculent nos sociétés imposent de nouveaux modes d’organisation en entreprise, ouvrant la porte à des types de management moins rigides et plus coopératifs au sein desquels chacun d’entre nous peut s’affirmer en tant que leader. En effet, le management traditionnel de type pyramidal se meurt peu à peu, au profit du management transversal ! Ainsi, les organisations purement hiérarchiques (semblables aux pyramides : très larges à leur base et de plus en plus étroites en se rapprochant du sommet) sont remises en cause depuis quelques années.

Dans ce « nouveau monde » où la révolution digitale, l’innovation et l’agilité sont reines, le management pyramidal s’avère désormais trop rigide. À cela s’ajoutent des tendances sociétales marquées, comme le coopératif ou la recherche de sens, ainsi que des attentes de plus en plus fortes en matière d’équité, d’autonomie et de responsabilisation.

Tous ces facteurs ont favorisé l’émergence du management transversal au détriment des modèles organisationnels plus traditionnels.

Dans ce nouveau mode organisationnel, la structure hiérarchique est toujours présente, mais le manager a désormais pour mission de développer une plus forte autonomie de ses subordonnés et de se rendre plus accessible à leur égard. Ce nouveau système est basé sur la confiance, la coopération et la communication. Le manager est ainsi quasiment assimilé à un chef de projet : il encourage les prises d’initiative de ses collaborateurs et devient plus coordinateur que décideur. Le circuit décisionnel passe du mode vertical au mode horizontal, rendant la responsabilité plus collective.

Au-delà du simple décloisonnement du rapport manager – équipiers, ce sont tous les services qui sont encouragés à travailler ensemble, non seulement sur le plan intellectuel mais aussi sur le plan géographique, avec l’arrivée des open-space il y a une vingtaine d’années. Sont ensuite montées en puissance les plateformes participatives qui permettent de partager idées, ressources et compétences. 

Cela ne sonne bien sûr pas la fin du management : on cherche simplement à ajouter aux compétences techniques qui le caractérisent les compétences humaines qui sont celles du leader. Alors pourquoi ne pas apprendre à développer ces compétences humaines qui, conjuguées aux compétences techniques, permettent à chacun de réveiller le manager-leader qui sommeille en lui ? 

Retrouvez l’ensemble de nos articles Inside ici

 

Recommandé pour vous