Interview Sue Putallaz : « L’écosystème suisse est propice au transport durable »

11 octobre 2021

Photo © MOBYFLY

Interview de Sue Putallaz, CEO de MOBYFLY

Monde Economique: MobyFly a récemment annoncé la conclusion d’un contrat pour la construction de 9 navires écologiques avec l’opérateur portugais Nosso Tejo. Plutôt une bonne nouvelle en cette période de pandémie ?

Sue Putallaz: La pandémie a permis à beaucoup de prendre conscience de la nécessité d’une transition énergétique et de transport durable. Venise a redécouvert ses canaux, Lisbonne a vu ses dauphins revenir … c’est une prise de conscience qui ouvre les yeux des citoyens qui ont envie de revoir leur écosystème revivre. Nos bateaux respectent l’environnement. Ils ne polluent pas, ne font pas de vagues ni de bruit et laissent ainsi intacte l’eau après leur passage.

Monde Economique: Avec cette commande, peut-on dire que Mobyfly renforce sa position dans le secteur de la mobilité navale écologique ?

Sue Putallaz: Cette collaboration va permettre à MobyFly de développer le transport zéro émission de haute performance sur le Tage. Le Portugal visant à atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, l’électrification des transports, notamment le transport fluvial, jouera un rôle clé dans la réalisation de cet objectif.

Monde Economique: Co-fondée par Sue Putallaz, Anders Bringdal et Ricardo Bencatel, MobyFly s’est donné pour mission de développer des bateaux de transport à hydrogène ou électrique. Quel a été le grand défi de cette aventure ?

Sue Putallaz: Nous avons réuni des navigateurs et ingénieurs issus de la compétition (tel que l’America’s cup) pour leur demander de mettre leur expertise et les dernières innovations au service du transport public. C’est comme demander à une équipe de formule 1 de concevoir un bus… c’est un défi de taille car ce que nous pouvons nous permettre dans le monde de la haute performance sportive n’est pas toujours chose aisée de le faire reconnaître en matière d’homologation pour le transport. L’urgence climatique aidant, les autorités sont plus ouvertes à explorer des solutions disruptives comme la nôtre.

Monde Economique: Après les camions à hydrogène, la Suisse se profile aussi comme un pionnier en matière de navigation lacustre zéro émission. L’écosystème suisse serait-il propice au transport durable ?

Sue Putallaz: L’écosystème suisse est propice au transport durable, et c’est d’autant plus vrai sur les voies navigables, car exploitant l’infrastructure naturelle existante des rivières et des lacs les bateaux à foils de MobyFly offriront une solution viable, pratique et flexible pour un transport de masse à zéro émission à l’ère du changement climatique. Cela contribuera à diminuer la part des émissions provenant des transports en Suisse et les engagements de la Suisse visant à réduire de 90 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050 pourront être respectés.

Monde Economique: Vous venez de boucler votre deuxième tour de table pour accompagner votre croissance. Quelles perspectives pour Mobyfly

Sue Putallaz: Nous travaillons à la production de notre premier bateau qui sera livré le printemps prochain, et les contrats signés à ce jour au Portugal, en France et en Suisse sont plus que prometteurs. Clairement, l’avenir du bateau de transport sera en zéro émission.

Monde Economique: Politiquement, vous êtes écologique et vous dirigez une entreprise qui promeut des bateaux à zéro émission. Peut-on dire que la boucle est bouclée ?

Sue Putallaz: Ma vie professionnelle et personnelle est en adéquation avec mes valeurs. Je crois profondément que la technologie est une chance pour l’écologie et pour nous permettre de garder notre qualité de vie et c’est ce qui m’a fait rejoindre les Vert’libéraux à leur création en 2012. Nous sommes la dernière génération à pouvoir agir concrètement pour le climat, alors faisons-le.

Retrouvez l’ensemble de nos Interviews ici

 

Recommandé pour vous