L’économie 2.0 met à terre les principes mêmes de la …Révolution industrielle !

29 mai 2018

Après un modèle économique basé sur les services, lui-même remplaçant la grande transformation industrielle de nos sociétés, l’économie de l’information, souvent présentée comme l’économie 2.0, met à mal les grands fondements de nos sociétés. Le changement a déjà commencé, et la révolution de l’économie de l’information contraindra les entreprises à se détourner des principes régissant l’économie de marché.

La loi de l’offre et de la demande dépassée et écrasée par l’économie de l’information

La simple évocation de l’e-économie ou de l’économie 2.0 souligne bien le changement de modèle de nos sociétés de consommation. Mais elle implique surtout un changement des fondements même, qui ont présidé aux conséquences de la révolution industrielle. Cette dernière, en rupture avec l’économie agricole, a permis de voir se développer la loi des débouchés. La demande est créée par l’offre et non pas l’inverse, comme on pouvait le croire jusqu’alors. Depuis le milieu du XIXème siècle, les entreprises imposent donc leurs productions, à force d’innovation, de nouveauté et de marketing. L’économie de l’information, car la principale révolution de l’économie 2.0 réside bien là, rompt totalement avec cette démarche conceptualisée. Le « tout tout de suite et partout » est devenu la règle, imposant aux acteurs économiques, au premier rang desquels se situent les entreprises, de s’engager dans cette voie. Ce n’est donc plus l’offre, qui conditionne la demande des consommateurs mais bien la digitalisation qui conduit, à rythme forcée, cette évolution.

Une stratégie marketing de moins en moins originale et de plus en plus dictée par la loi du nouveau marché

Les conséquences de ce glissement du centre de décision sont multiples et concernent toutes les activités de l’entreprise, et ce quel que soit son domaine d’activités. Par exemple, les journaux d’information doivent s’adapter aux nouvelles formes de « consommation de l’information ». Il ne s’agit plus d’innover en proposant de nouvelles formules d’un périodique, de nouvelles rubriques pour un magazine d’information mais bien de permettre aux e-lecteurs d’être informés en temps réel, en en tout lieu. Il ne s’agit donc plus de s’interroger sur la création d’un site mais bien d’analyser si le Print a encore un avenir. Pour les commerces en tout genre, la question consistera, dans la même logique, à s’adapter aux multiples canaux de distribution, qui doivent coexister. Les entreprises ont perdu leur pouvoir de décision en matière de stratégie marketing, puisque le marché impose cette adaptation au cross canal, sans laisser d’autres alternatives viables et durables. Ce transfert du centre décisionnel de la politique marketing d’une entreprise se traduit enfin par une révolution sociétale, dont les conséquences amplifieront le phénomène.

L’économie de l’information, le symbole d’une société collaborative en quête d’un nouveau monde

Baignant dans cette économie de l’information, les consommateurs ont pris conscience de ce glissement et plébiscitent cette prise de pouvoir, en cherchant à se l’approprier pleinement. Le développement de l’économie collaborative, dont le Crowdfunding est un parfait reflet, passe par l’ambition d’une consommation maitrisée. Les services proposés par les entreprises (click&collect pour le commerce, par exemple) , les engagements pris par ces dernières (développement durable et protection de l’environnement, par exemple) ont désormais autant de poids que la recherche du prix le plus compétitif. L’optimisation de sa part de marché n’est plus l’objectif suprême d’une entreprise, comme il le fut au cours de l’industrialisation de nos sociétés. Elle ne représente plus qu’une conséquence d’une ambition devenue commune à toutes les sociétés : le choix d’un business model adapté aux exigences de cette nouvelle économie.

 

Recommandé pour vous