La financiarisation du marché de l’art est-elle inquiétante?