Le Groupement romand de l’Informatique encourage l’acceptation de l’E-ID

11 février 2021

Le GRI réaffirme son soutien à la loi fédérale sur les services d’identification électronique (LSIE) qui passe en votation le 7 mars 2021.  Le GRI considère que la place numérique et économique suisse risquerait de perdre en crédibilité et en efficacité si l’E-ID n’est pas acceptée. Il en va de l’intérêt des PME de la branche informatique et au-delà. Oui, il y a urgence et une solution est prête : évitons dès lors de céder au « Swiss finish », en l’occurrence, artificiel et contre-productif. 

Avec la LSIE, la Confédération assume un contrôle, essentiel pour garantir l’intégrité et la confidentialité du système dans la durée. La mise en œuvre technique se fait par les acteurs compétents qu’ils viennent du privé ou encore des collectivités publiques, comme les cantons par exemple.  La proximité des fournisseurs des réalités du marché garantit un progrès technique, c’est pourquoi le principe de la neutralité technologique retenu dans la loi est tant important, lui aussi.  Grâce à̀ l’e-ID suisse, de nombreuses applications digitales seront désormais possibles. Tout le monde en profitera : privés, autorités, entreprises et associations.

Pour Albin Baptista, Président du GRI « une e-ID reconnue par la Confédération constitue la base de nombreuses innovations numériques et possède un large impact. Elle crée la sécurité́ juridique et la fiabilité́ nécessaire pour des transactions commerciales réussies dans l’espace numérique.  Cela est crucial pour les PME de notre branche, notamment ». 

Le commerce électronique et l’e-government bénéficient d’un véritable élan.  Le fait que la Suisse n’ait pas encore sa propre e-ID par rapport à̀ de nombreux autres pays a des conséquences : ce retard est pointé du doigt depuis des années dans le rapport « eGovernment Benchmark » de la Commission européenne et se reflète également dans le « World Digital Competitiveness Report IMD » dans lequel la Suisse obtient une note en baisse en 2020 en raison de l’absence d’e-ID.

La loi e-ID respecte les principes de retenue quant à̀ la quantité́ de données collectées et de transparence. Elle établit des règles strictes en matière de protection des données qui vont au-delà̀ de la loi générale sur la protection des données.

Un non à la loi e-ID signifierait des années supplémentaires sans solution suisse vérifiée et approuvée par la Confédération. La situation actuelle sans véritable encadrement juridique pour l’identification électronique resterait inchangée. Cela constituerait un frein pour l’innovation et empêcherait de nombreuses solutions numériques des administrations publiques et des entreprises.

Le Groupement romand de l’Informatique est la plus importante association professionnelle romande dans les domaines des nouvelles technologies, et comprend près de 400 organisations membres qui couvrent environ 15 000 emplois.  www.gri.ch

Retrouvez l’ensemble de nos Communiqués ici

 

Recommandé pour vous