Les offres d’emploi ne brillent pas toutes par leur fluidité linguistique

3 janvier 2020

Troisième édition de l’étude Market Insights de JobCloud et de la ZHAW

Toutes les annonces ne se valent pas. En effet, les offres d’emploi diffèrent fortement au niveau de leur ton et de leur formulation. On observe également des particularités spécifiques à certains secteurs en ce qui concerne le style de rédaction, les formules inclusives et la lisibilité générale. Ce ne sont là qu’une partie des informations sur le marché suisse de l’emploi issues de l’étude JobCloud Market Insights. Menée par JobCloud en collaboration avec la ZHAW, cette étude comportementale analyse l’offre et la demande sur la base des centaines de milliers d’annonces et des millions de clics sur jobup.ch et jobs.ch, les plateformes d’emploi leaders en Suisse.

Les entreprises chimiques et pharmaceutiques se démarquent particulièrement par les formulations positives qu’elles utilisent dans leurs offres d’emploi. Le secteur énergétique et hydraulique transmet également une impression positive à travers ses annonces, même si les textes sont plutôt compliqués. Les banques et sociétés de conseil se distinguent aussi par la positivité de leur langage. A l’inverse, on trouve le plus d’expressions connotées négativement dans les annonces des domaines de la santé et du social, de l’administration publique, des associations et du transport et de la logistique. La majorité des offres d’emploi publiées restent toutefois formulées de façon neutre, comme c’est le cas dans la construction de machines et d’installations, les assurances et les IT.

Les formules inclusives peinent à s’imposer

Tous les secteurs ne maîtrisent pas le langage inclusif. Les offres d’emploi dans les domaines de l’information et des télécommunications, de l’agriculture et de la sylviculture ainsi que du conseil juridique et d’entreprise ne contiennent presque aucun terme spécifique en ce qui concerne le genre des candidats. Les formules relatives au genre et donc l’inclusion des femmes sont une pratique que l’on retrouve le plus souvent dans la formation, l’administration publique, le commerce de détail et de gros ainsi que dans le secteur des services. Davide Villa, CEO de JobCloud, explique : « Il est probable que certains secteurs aient un rapport plus conscient au langage parce que les deux sexes y sont représentés de façon plus ou moins égale au quotidien. »

Le vouvoiement persiste (encore)

La façon dont on s’adresse à des collaborateurs potentiels dans une offre d’emploi peut en dire long sur l’environnement de travail. Le secteur medical et le conseil en personnel se montrent plus conservateurs et vouvoient très largement leurs candidats. A l’inverse, le secteur des médias a plutôt tendance à utiliser le tutoiement dans ses annonces. Une pratique que l’on retrouve également dans les IT et les télécommunications, le commerce de détail et de gros, le secteur énergétique et hydraulique ainsi que le transport et la logistique.

La lisibilité des annonces reste un défi

Selon le Dr Frank Hannich, de la ZHAW : « En principe, les offres d’emploi sont un genre textuel plutôt complexe. Il vaut donc la peine d’essayer d’utiliser des formulations aussi simples que possible. » Parmi les paramètres d’analyse importants, figurent le nombre de mots étrangers utilisés, la longueur des phrases et le nombre de syllabes dans les mots. En ce qui concerne la compréhensibilité, la formation, l’agriculture et la sylviculture ainsi que le transport et la logistique sont en tête. En effet, les offres d’emploi dans ces secteurs sont claires et compréhensibles. A l’inverse, les annonces publiées par le secteur énergétique et hydraulique, les banques et instituts financiers ainsi que l’industrie sont formulées de façon plus complexe. 

A propos de l’étude JobCloud Market Insights

Lancée par JobCloud et la ZHAW, JobCloud Market Insights est une étude comportementale basée sur l’analyse de l’offre et de la demande sur le marché suisse de l’emploi durant l’année 2018. Les données récoltées sur les deux plateformes d’emploi leaders respectivement en Suisse romande et en Suisse allemande jobup.ch et jobs.ch couvrent une partie considérable du marché de l’emploi numérique national, et ce, aussi bien en ce qui concerne l’offre que la demande. L’évaluation quantitative est complétée par une analyse sémantique des données grâce aux méthodes de traitement automatique du langage naturel, qui permettent une évaluation automatique très précise du contenu textuel, y compris de la connotation émotionnelle. Plusieurs centaines de milliers d’offres d’emploi et plusieurs millions de clics issus des données de jobup.ch et jobs.ch ont été analysés pour la présente étude.

A propos de JobCloud SA

Entreprise numérique leader sur le marché suisse de l’emploi, JobCloud propose diverses solutions de recrutement. Outre les plateformes d’emploi numéros 1, comme jobs.chJobScout24.ch et jobup.ch, le portefeuille JobCloud comprend également des technologies tournées vers le futur. Ainsi, JobCloud détient 100 % de JoinVision EServices à Vienne, le principal prestataire de technologies multilingues de recrutement sémantique. Fondée en 2013, l’entreprise appartient aux deux groupes de presse Ringier et Tamedia et emploie actuellement 200 personnes à Zurich et à Genève.

A propos de la ZHAW School of Management and Law (SML)

La ZHAW SML est l’un des huit département de la Haute école des sciences appliquées de Zurich (ZHAW). Reconnus au niveau international, les programmes de Bachelor et de Master ainsi que les nombreuses offres de formation continue reposent sur des principes scientifiques, sont interdisciplinaires et orientés sur la pratique. La recherche et la consultation reposent, elles, sur des connaissances théoriques, sont axées sur la pratique et mettent l’accent sur une applicabilité immédiate et efficace. Actuellement, la SML compte environ 4’000 étudiants, près de 2’000 participants à une formation continue et plus de 500 collaborateurs.

 

Recommandé pour vous