Les principales bourses africaines affichent des baisses records, après le repli des cours mondiaux du pétrole

10 mars 2020

Photos © Agence Ecofin

(Agence Ecofin) – L’onde de choc d’une réaction exprimée par l’Arabie saoudite, premier producteur de pétrole au monde, se fait ressentir sur les principales places boursières africaines ce lundi 9 mars 2020. Le Royaume a en effet décidé d’accroître son offre de pétrole sur le marché tout en baissant les prix, augmentant des capacités de consommation dans un contexte de faible demande en raison de la pandémie de coronavirus qui continue d’inquiéter dans le monde.

Les places boursières asiatiques, européennes et américaines ont immédiatement ouvert dans le rouge, les investisseurs craignant une escalade qui pourrait provoquer une nouvelle crise mondiale. En effet, en faisant perdre au pétrole 30% de sa valeur en un jour, de nombreux actifs financiers adossés sur cette matière première risquent eux aussi d’entrainer de grosses pertes pour leurs investisseurs.

En Afrique, les bourses de Casablanca, Nairobi et Johannesbourg étaient en baisse respectivement de 5,54%, 5,9% et 6,08% au moment de la rédaction de l’article (14h GMT). Ce sont les baisses journalières les plus fortes observées sur ces trois marchés financiers, depuis 2008, a pu constater l’Agence Ecofin selon des données de marchés qu’elle a collectées. Le Nigerian All Share Index était en baisse de 2,38%, soit son repli le plus important depuis le 13 février 2018, tandis que l’EGX 30 qui regroupe les 30 plus importantes valeurs boursières en Egypte était en contraction de 7,8%, soit sa plus mauvaise performance journalière depuis le 25 novembre 2012.

La faible présence des économies africaines sur le marché mondial devrait normalement l’isoler de ce type de choc extérieur. Il faut dire que le continent noir a commencé déjà à subir les effets du coronavirus, à mesure que les analystes estimaient qu’un enrayement de la Chine causerait une demande moins forte de matières premières africaines, ou réduirait les investissements chinois sur le continent. La crise pétrolière est devenue un stress supplémentaire.

Idriss Linge

 

Recommandé pour vous