Licenciement et la perte de repères identitaires

7 septembre 2021

Banalisée par les entreprises et les pouvoirs publics, la perte d’un emploi est pourtant réellement déstabilisante, voire destructrice… Pourtant, nombreux sont les professionnels de santé et les études a expliqué que ce que l’on nomme « travail » est à l’origine d’un concept d’équilibre de bien-être, à la fois économique, psychologique et social.

Vous avez du mal à encaisser votre licenciement ? Vous ressentez un véritable besoin de faire votre deuil ? Vous pensez que la dépression va pointer le bout de son nez ? Vous n’êtes pas seul, vous n’êtes pas fou ! La perte d’emploi est un réel traumatisme, pouvant même provoquer un état de stress post-traumatique ; au même titre qu’un accident ou qu’une agression par exemple. Dans cet article, vous allez découvrir ce qu’est la perte de repères identitaires et comment rebondir après un licenciement.

Zoom sur le phénomène de déconstruction identitaire

Que vous aimiez passionnément votre travail, que vous le perceviez davantage comme un job alimentaire ou plutôt comme un tremplin vers le poste de vos rêves, vous devez comprendre que la notion de travail est une sorte d’outil permettant à l’humain de se définir comme individu, de posséder son badge d’identité professionnelle et donc de pouvoir justifier à la société et à soi-même son rôle, son « utilité ». Cette « casquette du travailleur » n’est pas une chose acquise ad vitam æternam dès le premier boulot, que l’on conserve sereinement jusqu’à sa douce retraite. Vous n’êtes pas une exception à la règle lorsque votre conscience de soi en tant que travailleur se trouve impactée par un licenciement. L’étiquette professionnelle que l’on se colle à soi-même est le savant résultat d’une multitude d’interactions entre son identité personnelle, son identité sociale ou collective. C’est la qualité de la relation entre votre perception d’identité personnelle et votre perception d’identité sociale, qui est à l’origine des formes identitaires.

Concrètement, le schéma est le même pour vous, pour Paul du service compta, pour Nathalie de l’accueil et pour Roger de la maintenance. Cependant, l’intensité de ces repères identitaires varie d’un être humain à un autre. Mais d’un point de vue global, la majorité des personnes licenciées va ressentir et vivre le même « après licenciement », et ce, peu importe le caractère ou la personnalité de l’individu. Un autre fautif dans la perte des repères identitaires est la perturbation de la reconnaissance par autrui… Comment vous vous sentez lorsque vous êtes pointé du doigt par la société parce que vous avez atterri dans la case « chômage » ? À partir du moment où vous avez vécu cet écrasant sentiment de honte mêlé à une bonne dose de culpabilité, et que vous vous percevez à la fois incapable et impuissant dans votre « nouvelle vie », c’est qu’un fossé s’est creusé entre votre « identité pour soi » et votre « identité par autrui ».

La perte de repères identitaires mène à la dévalorisation, et oui, osons l’affirmer, à la dépression bien souvent. Il n’est pas simplement question de retrouver du travail et d’arrêter de se morfondre sous prétexte qu’il y a plus grave dans la vie, comme disent certains. Vous étiez chef d’entreprise, cadre dirigeant ou manager et maintenant, vous ne savez plus qui vous êtes. C’est normal. Et ça passera. Vos proches sont inquiets pour vous, ce qui peut à long terme vous faire vous sentir « sous pression » et causer des problèmes relationnels. Vous êtes à cran intérieurement, dépendant aux alertes d’offres d’emploi…

Que faire lorsqu’on ne sait plus quoi répondre à « Que faites-vous dans la vie » ?

Votre estime et votre confiance sont impactées, vos sentiments ne sont plus que tristesse, colère, déception… Vous êtes indigné de votre licenciement ? Vous vous sentiez trahi, malmené, incompris ? Ou parfois, il se peut même que vous soyez comme anesthésié, douloureusement et calmement abattu par votre licenciement, sans un bruit. La clé de votre reconstruction identitaire est de prendre le temps de faire le point avec soi-même, objectivement et franchement, sans tenir compte des facteurs externes. Simplement vous avec vous-même, pour une fois. Certes plus facile à dire qu’à faire, mais essentiel pour votre avenir professionnel et personnel. Ici, commence le début de votre nouvelle vie, même si vous n’en avez pas encore conscience…

Concrètement, qui êtes-vous ? Vous connaissez-vous réellement ? Quelles sont vos aspirations profondes ? Avez-vous besoin d’une aide psychologique ? Cette introspection peut être réalisée sans difficulté par des personnes cérébrales ou dites « spirituelles », et négligée par d’autres personnes qui n’y voient ici qu’une perte de temps ou qui pensent que la solution ne tient qu’au simple fait de retrouver un emploi. Souvent, nous faisons un travail depuis si longtemps, que même les tâches les plus chronophages nous manquent lorsqu’elles ne sont plus réalisables. Mais, que se cache-t-il réellement sous ce terrible manque des collègues à la pause café ou sous ce terrassant sentiment de tristesse à la vue de vos affaires de boulot ? Et d’ailleurs, pourquoi êtes-vous si nostalgique de votre chaise de bureau ou de votre vue sur la rue passante ? Qu’est-ce que tout cela représente réellement, au fond ?

Le licenciement laisse des séquelles psychologiques, et même parfois physiques, quand la personne tombe malade suite à ce choc émotionnel. Si vous pensez tout de même que trouver un nouveau job est la solution à tous vos maux, sachez que c’est peut-être un bon début pour vous (pas forcément pour tous les nouveaux licenciés), mais que la perte de repères identitaires a une fâcheuse tendance à redéfinir sa relation aux autres et à soi… Donc, oui, c’est le moment idéal pour faire le point.

Ce processus intérieur est primordial. Vous devez regarder en vous. N’hésitez pas à consulter un professionnel si vous ne savez pas comment faire, ni par quoi commencer. Mais surtout, agissez, car vous apercevrez bientôt le bout du tunnel ! Cette étape est le premier pas vers un mieux-être, vers la fin de votre crise identitaire inévitable. Il est temps d’agir et d’apprendre (car oui, ceci est un apprentissage) à vivre cette situation comme une pause ou un virage à 180° dans votre vie professionnelle et personnelle…

Retrouvez l’ensemble de nos articles Décryptage ici

 

Recommandé pour vous