L’immunité collective, un pari risqué pour éradiquer le COVID-19 ?

10 mai 2021

Nous sommes tous touchés par la pandémie actuelle du COVID-19, bien que l’impact de la pandémie et ses conséquences soient ressentis différemment selon notre statut en tant qu’individus et en tant que membres de la société. Cette pandémie est bien plus qu’une crise sanitaire, c’est aussi une crise socio-économique sans précédent. En plus d’être tombés malades et même malheureusement de succomber à la maladie, beaucoup ont perdu leur emploi et leurs sources de revenus, sans aucun moyen de savoir quand la normalité reviendra.

Jusqu’à ce jour, il n’y a pas de traitement définitif, et tout le monde est à la recherche d’un remède miracle qui pourrait mettre fin à cette calamité. Une façon de vaincre ce monstre redouté est de développer une immunité contre lui. Lorsque le nouveau coronavirus, c’est-à-dire le SRAS CoV2, a commencé à se propager, pratiquement personne n’était à l’abri. L’arrêter nécessitera qu’un pourcentage important de personnes soit immunisé. C’est ce que nous appelons l’immunité collective. Mais est-ce vraiment suffisant pour stopper la pandémie ? Voyons cela en détail.

Comprendre l’immunité collective

L’immunité collective est obtenue lorsque la majorité de la population développe une résistance à une maladie hautement contagieuse qui limiterait la propagation de la maladie. Selon le degré de contagion de la maladie, environ 70% à 90% de la population a besoin d’une immunité pour atteindre l’immunité collective.

Si 80% de la population est immunisée contre un virus, quatre personnes sur cinq qui rencontrent la personne infectée ne tomberont pas malades et ne propageront pas davantage la maladie. La variole, la rougeole, les oreillons et la polio sont des exemples de maladies infectieuses qui étaient autrefois très courantes mais qui sont maintenant rares en raison de l’immunité collective.

L’immunité collective peut être obtenue de deux manières :

1. En développant une immunité naturelle qui peut être atteinte en contractant la maladie. L’acquisition d’une infection déclenche son système immunitaire et conduit à la production d’anticorps.

2. Une autre méthode consiste à vacciner la population contre la maladie contre laquelle l’immunité est souhaitée.

Difficile d’attendre qu’une immunité collective se développe

L’idée de développer l’immunité collective par l’immunité naturelle n’a pas de sens dans cette maladie particulière. Certains pays ont initialement adopté cette stratégie mais ont lamentablement échoué. Nous savons qu’il n’y a pas de traitement définitif pour le COVID-19 et si une population importante en est infectée, le système de santé pourrait ne pas être en mesure de le gérer. 

De plus, certains patients peuvent souffrir de complications potentiellement mortelles et peuvent mourir. Pour les maladies moins graves, cette approche pourrait être raisonnable. Les vaccinations sont le moyen le plus sûr d’acquérir une immunité collective. Cela ne fonctionnerait que lorsque la majorité de la population est vaccinée. Bien que la protection contre la maladie puisse aider ceux qui se font vacciner, elle n’empêchera pas la transmission du virus et le risque de maladie chez les personnes non vaccinées.

Il se peut que les personnes vaccinées répandent moins de virus. La vaccination peut éviter d’être infecté et de tomber malade, mais même si l’on attrape une infection, elle réduira les hospitalisations et les décès en atténuant la gravité de la maladie. Jusqu’à ce qu’un vaccin soit largement disponible, la meilleure marche à suivre est de continuer à suivre les mesures de santé publique, c’est-à-dire la distanciation sociale, le port d’un masque dans les lieux publics et une bonne hygiène de lavage des mains, car elles rompent également la chaîne de transmission du virus.

Retrouvez l’ensemble de nos articles Décryptage ici

 

Recommandé pour vous