L’Odyssée des robots

11 février 2021

Photo © LFDE


L’Edito du Mois par Olivier de Berranger, Directeur Général Délégué & CIO, avec la complicité de Rolando Grandi, CFA

Olivier de Berranger, Directeur Général Délégué & CIO, LFDE

Bipède, agile comme un athlète olympique, conçu pour évoluer dans des environnements difficiles, Atlas, un humanoïde développé par Boston Dynamics, peut dérouter à première vue. Ou faire peur. Il n’en est pas moins un prodige technologique, à l’aisance blufflante. Cet Atlas-ci pourrait bien porter sur ses épaules sinon le monde, du moins la renaissance industrielle.

Défi démographique, vieillissement de la population, pénibilité du travail, essor de l’économie de services… les défis s’accumulent pour les secteurs manufacturiers et nos besoins en équipements électronique, infrastructures, moyens de transport… sont loin de se tarir.

Pour résoudre l’équation économique de l’industrie, la robotique pourrait bien apporter une réponse révolutionnaire, notamment grâce au recours aux robots industriels, comme ceux de FANUC au Japon ou de KUKA en Allemagne. Le travail homme/machine se développe à vive allure, avec les robots collaboratifs, dits cobots, à l’image de ceux d’UNIVERSAL ROBOTS, fabriquant danois racheté en 2015 par l’Américain TERDYNE pour 285 millions de dollars. Dotés de capteurs intelligents, ces robots nouvelle génération travaillent en toute sécurité aux cotés des humains, et facilitent ainsi la production semi-automatisée de biens. Un duo performant grâce aux atouts cumulés des machines et des hommes.

Rolando Grandi, CFA, LFDE

La course technologique apporte également son lot d’innovations au secteur de la santé, avec l’essor des robots chirurgiens. Da Vinci, plateforme robotisée d’INTUITIVE SURGICAL, issue d’une technologie développée par la Nasa, décuple ainsi les capacités du chirurgien – humain jusqu’ici – grâce à ses quatre bras robotisés, ainsi qu’à ses modules de réalité augmentée qui fournissent en temps réel une information précise. La société californienne développe aussi des robots capables de réaliser des interventions de chirurgie minimalement invasive, qui favorisent la récupération du patient.

Autre tendance à l’œuvre, l’adoption de systèmes de robotisation dans les entrepôts de logistique, au service du e-commerce notamment. Sous l’effet de l’immense bond des commandes en ligne, les entrepôts doivent accroître leurs capacités, ce que rendent possible des systèmes intelligents ultra-performants, comme ceux du Japonais DAIFUKU ou de l’Américain COGNEX.

L’Intelligence Artificielle (IA) a elle aussi trouvé avec la robotique un territoire de plus où déverser ses vagues d’innovations : l’Internet des Objets permet en effet de connecter chaque élément d’une usine à un système de contrôle centralisé. Un système capable, en temps réel, d’analyser et d’optimiser la production, et même d’intervenir de manière proactive pour éviter toute panne ou arrêt de production. Ces solutions intelligentes qui fusionnent les prodigieuses capacités de l’IA et de la robotique représentent un terroir fertile pour cultiver la croissance future de l’économie.

Utopie ou vecteur de croissance, la robotique a de beaux jours devant elle, avec un marché estimé à 90 milliards de dollars d’ici 2030[1]. De nombreuses entreprises s’y intéressent formant un vivier et un potentiel dont devraient bénéficier nos solutions d’investissement thématiques.


[1] Idate Digiworld, 2020

Retrouvez l’ensemble de nos articles Décryptage ici

 

Recommandé pour vous