Muzinich & Co: Corporate Credit Snapshot juillet 2021

19 août 2021

la mise à jour du marché du crédit pour les États-Unis, l’Europe et les marchés émergents

US

Les données économiques et les bénéfices ont généralement été solides (données fermes sur l’emploi), mais le sentiment des investisseurs a changé plus tard dans le mois, lorsque des inquiétudes ont commencé à se faire jour quant aux perspectives de croissance économique et à la variante Delta COVID-19. Les rendements des titres à revenu fixe américains ont été positifs en juillet, les bons du Trésories américain ayant largement surperformé et les titres à haut rendement ayant été à la traîne, même s’ils ont encore généré un rendement positif. Les Treasuries se sont redressés car les investisseurs pensent que la Réserve fédérale (Fed) restera accommodante plus longtemps, compte tenu d’un éventuel affaiblissement des perspectives de croissance. Les spreads se sont élargis sur les marchés du haut rendement et de l’investment grade, ce qui a eu un impact sur les prix. Toutefois, les coupons ont permis aux obligations à haut rendement de générer un rendement positif, tandis que les taux ont aidé les entreprises de qualité. Dans la lignée de la performance plus faible des actifs à risque, le CCC s’est effondré. Les émissions à haut rendement ont été les plus élevées jamais enregistrées pour un mois de juillet.

Europe

La Banque centrale européenne (BCE) a fixé un nouvel objectif d’inflation de 2 % et a précisé qu’elle autoriserait une inflation supérieure à 2 %, tout en laissant les taux inchangés. Le mois a été positif pour les titres à revenu fixe européens, avec des rendements élevés pour les bunds allemands et les gilts britanniques, les investisseurs recherchant des valeurs refuges plus sûres en raison de l’impact croissant de la variante Delta de COVID. Alors que les deux sous-classes d’actifs du crédit européen ont produit des rendements positifs, l’investment grade a surperformé le high yield, profitant de la reprise des obligations d’État. Des signes de renforcement de l’activité économique dans la zone euro ont été observés après l’annonce, début août, d’une hausse supérieure aux prévisions de 2 % du produit intérieur brut de la zone euro (en glissement trimestriel) pour le deuxième trimestre.

ME

Les banques centrales du monde entier sont restées largement favorables, le dollar américain s’est affaibli et les prix des matières premières ont recommencé à augmenter à la fin du mois, mais les marchés émergents ont également dû faire face à la détérioration du sentiment des investisseurs en Chine. Les rendements des titres à revenu fixe des marchés émergents ont été mitigés, les obligations de qualité générant des rendements positifs, mais les obligations à haut rendement étant en baisse. La détérioration du sentiment des investisseurs en Chine a affaibli les rendements des marchés émergents, le renforcement des réglementations (principalement dans les secteurs de l’immobilier, de l’éducation et de la technologie) ayant contribué à l’incertitude du marché. Dans le secteur de l’immobilier, où des politiques ont été mises en place pour mettre fin aux constructions à effet de levier excessif, nous pensons que la stabilité à long terme s’accroît et que les entreprises seront protégées au fil du temps, même si, à l’heure actuelle, il a été difficile de ne pas être pris entre des perspectives positives à long terme et un sentiment faible à court terme. En Turquie, la lire s’est remise de la forte baisse enregistrée plus tôt dans l’année après la décision de la banque centrale de ne pas réduire les taux d’intérêt. Le Brésil reste prêt pour une hausse des taux, la banque centrale s’efforçant de maîtriser l’inflation, les prix ayant fortement augmenté dans le cadre de la reprise économique du pays.

Retrouvez l’ensemble de nos articles Economie ici

 

Recommandé pour vous