PRENONS SOIN DE NOS SOIGNANTS

1 juillet 2020

Photo © Permed SA

Par Sandrine Fourgnaud 

De la décompensation à la résilience, il n’y a qu’un pas si le processus est mené avec méthode. Ce n’est pas le moment de trébucher !

Une foisle pic de l’épidémie passé, l’adrénaline redescendue, les caméras éteintes et les applaudissements muets, le contrecoup psychique peut être élevé pour le personnel médical. C’est à notre tour de prendre soin d’eux, aujourd’hui et demain ! En tant que praticien PNL, mon job, en collaboration avec les équipes dirigeantes, est de leur permettre de passer de la décompensation à la résilience par étapes méthodiques. C’est un sujet que j’ai d’ailleurs partagé à travers des capsules sur LinkedIn et qui sont toujours en ligne.

Cette pandémie a été un crash test d’une ampleur inédite sur laquelle il est nécessaire de capitaliser grâce aux sept clés que je partage ci-dessous.

  1. Comment construire pour se projeter ?

Une structure professionnelle est comme un édifice qui subit les vicissitudes du temps. Les fondations doivent être solides, elles représentent les valeurs de l’entreprise avec l’Humain au cœur du projet. Il y a ensuite les murs porteurs qui en s’érigeant vers le ciel symbolisent les objectifs individuels et collectifs. Enfin, il y a la toiture, qui incarne le sens donné à l’action. Ce sens doit être clairement défini afin que chacun s’identifie et y retrouve sa raison d’être professionnelle. Chacun de ces paramètres devra être redéfini par touches successives après cette crise.

  • Sur la route du succès

Que ce soit dans le cadre du Covid19 ou en d’autres occasions, vient toujours le moment du débriefing. Afin d’en tirer bénéfice, il faut se centrer sur les points qui ont fonctionnés et sur la manière de les reproduire. Pour reprendre notre métaphore de l’édifice, ces nouveaux protocoles, sont de nouveaux parpaings qui solidifient l’ensemble au fur et à mesure des expériences. Ils sont supplétifs, complémentaires, remplaçables et façonnables.

  • S’éloigner pour être plus proche

Lors d’un traumatisme, nous conservons une emprunte physique ou émotionnelle génératrice de freins ou de blocages. Appelée « la mémoire traumatique », elle s’apparente à une bombe prête à se déclencher à tout moment, transformant la vie en un terrain miné. Parmi les différentes techniques personnalisées que j’utilise en tant que praticien PNL, il y en a une particulièrement intéressante qui prend en compte le mécanisme permettant de se dissocier d’une scène traumatique puis de s’y associer. Ce travail de va-et-vient permet de lâcher une charge émotionnelle forte afin de reprendre confiance en soi et en ses valeurs et d’éviter ainsi le syndrome de glissement.

  • Les émotions, un élixir ou un poison ?

Durant une période de crise ou de tensions, la charge émotionnelle engendre des modifications psychologiques et des symptômes pathologiques. Libérer ses émotions c’est pouvoir mettre des mots sur ses ressentis – agréables ou désagréables – qui expriment des besoins satisfaits ou insatisfaits. Une approche que je propose, issue de la Communication Non Violente, pratiquée par des formateurs professionnels, aidera les personnes à être en accord avec soi-même et avec les autres. Cette communication faite de respect de soi et des autres permettra de garder ce lien si précieux entre chacun et cette confiance éclairante entre tous. C’est aussi le moyen de développer le concept de l’intelligence émotionnelle au sein de votre structure.

  • Je parle, tu parles, nous nous parlons

La base d’une communication efficace et positive est l’écoute active. Apprendre à écouter pour comprendre et non pour répondre, permettra, en situations difficiles notamment, de désamorcer les tensions et maintenir des liens de confiance avec ses collègues et ses responsables. Pour cela, il existe une règle d’or qui consiste à établir la connexion par la confiance avant d’espérer que l’on vous écoute. En PNL c’est un pilier pour aboutir à une communication satisfaisante entre les individus ou dans un groupe. L’écoute accueillante commence par se parler de tout et de ces petits riens qui créent le lien.

  • Des talents et après ?

Nous avons pu observer lors de cette crise, combien la raison d’être professionnelle du personnel de santé, fût source d’un dépassement de soi et de ses fonctions. Les compétences clés comme : la créativité, l’imagination, l’agilité, l’esprit d’initiatives, la persévérance, pour ne citer qu’elles, ont été instinctivement déployées. L’intelligence collective confère de nombreux bénéfices, conduisant à une véritable synergie et à une saine coopération au sein d’une équipe. Ces interactions entre les personnes sont une force, les favoriser et les développer est un devoir.

  • Je cours, je cours, mais après quoi ?

La motivation est un ensemble d’éléments déterminant l’action et le comportement d’un individu ou d’un groupe pour atteindre un objectif, réaliser un projet ou une tâche. Motiver est l’un des enjeux de la fonction managériale. J’aime utiliser un outil de communication très pertinent : le feedback. Il sera un levier important pour motiver les équipes et les accompagner dans leur développement personnel et professionnel. Construire et donner un feedback s’apprend. Cet échange d’informations induira une énergie dynamique dont chacun a besoin pour avancer dans la bonne direction. Lorsque la communication est appliquée avec méthode (PNL, CNV, feedback), par les responsables soutenus par des formateurs spécialisés, elle devient un outil important pour motiver ses équipes.

Pour conclure, nous avons tous relevés qu’à l’occasion de cette crise, chacun s’est investi avec compétence, force et courage ; L’État, le secteur public et privé par leur complémentarité et naturellement le personnel médical qui a libéré des compétences individuelles et collectives peut-être insoupçonnées jusque-là. Cette énergie collective a été motivée par une mission commune : prendre soin des patients et sauver des vies.

Si la réaction a été exceptionnelle, c’est indéniable, faisons-en sorte dans le futur que la formation permette de créer un nouvel environnement vertueux dans la relation avec soi, les autres et au sein des équipes. Ceci permettra que la mémoire individuelle et collective ressurgisse instantanément voire instinctivement lors de la prochaine crise ou lors de tensions au quotidien.

Pour les médecins, dirigeants, responsables, RH…. C’est également l’heure du bilan. Apprendre de cette crise est une évolution naturelle non disruptive basée sur des méthodes éprouvées par des professionnels, évolutives et adaptables à chaque situation.

A travers cet article j’ai partagé avec vous des réflexions, des clefs, des outils issus de la PNL, CNV… qui je le souhaite aideront les équipes dirigeantes. Mon soutien ne s’arrête pas là et je serai heureuse de poursuivre avec eux ce cheminement en identifiant ensemble leurs besoins et la manière de les satisfaire.

Retenons qu’il y a un avant et un après COVID19. Nous vivons des changements et des bouleversements historiques dont il faut être acteur. Ils offrent l’opportunité d’une plus grande force individuelle et collective dans l’intérêt du patient, des soignants et de l’institution.

Je conclurai par cette citation : «L’Humain est la ressource clef d’une organisation, il est crucial d’en prendre soin »

Sandrine Fourgnaud – Permed SA – Directrice de projets Romandie

Pour plus d’informations www.permed.ch

Retrouvez l’ensemble de nos articles Inside ici

 

Recommandé pour vous