Que reste-t-il à faire pour mettre en route le Smart Grid ? Par Sylvie Villa

26 février 2012

Le « Power Grid » ou « le 400 kV grid » désigne les réseaux à haute tension qui approvisionnent les pays connectés, c’est-à-dire pratiquement toute l’Europe. Ce réseau à haute tension doit continuellement être tenu en équilibre par rapport à l’offre et la demande de courant. S’il manque du courant, on met en route quelques centrales hydroélectriques par exemple – la Suisse joue largement de cette carte ; s’il y a trop de courant, on en arrête. On appelle ce processus « Power balancing ».

Si le « Power balancing » à 400 kV existe et est maîtrisé, on peut aussi le faire Smart Grid. Oui, il y a des protocoles de communication à affiner ; oui, il y a des règles du jeu à développer ; oui, il y a des normes légales à modifier ; mais rien de tout cela n’est horriblement difficile et encore moins, insurmontable.

L’enjeu actuel est de remettre le marché au service du bon sens et du travail dévoué et bien fait. Car il n’y a que très peu de valeur ajoutée dans la signature d’un contrat de quelques milliards, il y a beaucoup plus de valeur ajoutée dans chacune des gouttes de pluie qui font les torrents et les rivières ; mais quel directeur de centrale hydraulique dira qu’il a turbiné une certaine quantité de gouttes de pluie ?

Après avoir analysé les erreurs du passé et après avoir promis de ne pas les refaire, on peut se tourner vers le futur.On peut raisonnablement imaginer un envol vers l’excellence « high tech » avec un très gros potentiel de marché et cela dans toutes les Cleantech. Mais la clef pour obtenir la masse critique dans ce domaine, c’est le Smart Grid. Quelques estimations parlent de marchés induits de 100 milliards d’euros.

Le Smart Grid permet de fédérer les énergies, de mobiliser les vocations, les bonnes volontés et – surtout – l’esprit d’entreprise. C’est de là que viendra la masse critique qui transformera le cercle vicieux du système actuel dans un cercle vertueux. Ce qui reste à faire, c’est comprendre comment s’y prendre.

Sylvie Villa collabore avec Le Monde Economique en qualité d’expert sur des thématiques liées au Smart Grid et à l’ingénierie.

 

Recommandé pour vous