Révolution: des voitures de garage deviennent des véhicules Mobility

13 décembre 2018

D’innombrables voitures sommeillent dans les garages suisses.
Mobility entend tirer parti de ce potentiel en équipant ces voitures
de sa technologie de car sharing. Si un test réalisé en collaboration
avec le secteur de l’automobile se révèle concluant, la formule sera
proposée à grande échelle. Le premier partenaire est l’Union
professionnelle suisse de l’automobile (UPSA).

Mobility souhaite devenir le plus grand prestataire national de
services de mobilité individuelle. Après le lancement de nouveaux
services tels que les scooters Mobility ou la plateforme de
covoiturage Mobility Carpool, un nouveau concept est aujourd’hui dans
les starting-blocks: l’intégration à la flotte de Mobility de
véhicules qui ne lui appartiennent pas. Pour ce faire, la coopérative
équipe les voitures de garages partenaires de sa technologie de car
sharing. Cela permet à Mobility de développer et de flexibiliser son
réseau d’emplacements, comme l’explique Patrick Marti, directeur de
Mobility: «Nous accédons à de nouveaux emplacements bien situés en
ville et à la campagne, où nous ne stationnerions aucun véhicule par
nos propres moyens. De plus, nous pouvons ainsi réagir rapidement à
toute hausse de la demande, par exemple en augmentant notre offre
selon la saison dans le Tessin.» Pour les clients, la procédure ne
change pas: les voitures sont pleinement intégrées à l’offre de
Mobility, et les prix, les assurances et l’entretien sont conformes
aux normes.

Une bonne chose pour l’environnement et le Portefeuille

En utilisant des voitures existantes au lieu d’en acheter de
nouvelles, Mobility va dans le sens d’une plus grande efficacité
énergétique. Dans l’intérêt de l’environnement comme de celui des
garages partenaires: les garages de l’UPSA possèdent en effet des
milliers de véhicules souvent immobilisés 24 heures sur 24. «Du coup,
chaque franc que nos membres peuvent en tirer est un franc de gagné»,
explique Urs Wernli, président central de l’UPSA. De plus,
l’environnement des garagistes est en rapide mutation, comme
l’explique Urs Wernli: «La collaboration avec Mobility montre que les
garagistes sont prêts à jeter des passerelles et sont ouverts aux
nouvelles formes de mobilité.» L’UPSA est la première organisation
parmi une série de candidates potentielles à entamer une
collaboration avec Mobility.

Une phase de test d’un an

Pour recueillir des expériences et des retours clientèle, Mobility
lance une phase de test d’une durée d’un an environ. Rien qu’au cours
du premier semestre, une cinquantaine de garages membres de l’UPSA
vont participer au projet. D’autres s’y joindront ensuite
graduellement. Différentes formes vont être testées, des simples
emplacements dans des garages à des stations Mobility mixtes. Patrick
Marti, directeur de Mobility, est convaincu par le concept: «Nous
mobilisons des véhicules immobiles. C’est intéressant à tous les
égards. Nous pensons donc qu’il y a là un grand potentiel à
exploiter.» Si le test se révèle concluant, l’offre sera proposée à
grande échelle.

 

Recommandé pour vous