SLI SA – vers une simplification des interactions en entreprise

10 juin 2020

Photo Leila Ghattas Martins

Par Eugénie Rousak

Fondée en 2018 par une équipe d’anciens cadres, Systemic Learning Institute SA (www.sli-sa.ch) se spécialise sur une méthode d’approche globale de la complexité. Cette vision systémique permet de rendre les entreprises plus agiles, de se mouvoir plus aisément dans la complexité et de libérer l’intelligence des équipes. Diagnostiquant un système professionnel au travers de ses diverses interactions, SLI intervient sous forme de coaching, de consulting et de formations.

Mêlant plus de 30 ans d’expérience aux sources théoriques telles que les constellations familiales et la thérapie systémique brève de l’Ecole de Palo Alto, Esther Jouhet-Bordoni a créé sa méthode Penser, Voir et Agir Systémique©, spécifiquement destinée aux entreprises. Changeant la dynamique de l’analyse, cette approche ne regarde pas l’individu ou un élément seul, mais se concentre entièrement sur les interactions entre les acteurs, leur nature et leurs qualités. « Systémique vient du mot système, et à partir de deux personnes il y a un système. Notre objectif est de poser un regard systémique sur la situation pour la voir dans sa globalité. C’est une approche complètement différente, mais totalement complémentaire à la pensée analytique » explique Leïla Ghattas Martins, directrice générale.

Coaching, consulting et formation

Guillaume Ferraris

Travaillant aussi bien avec les start ups, les PME ou les grandes entreprises qu’avec des particuliers, SLI SA propose trois types de services : le coaching, le consulting et la formation. Le consulting est une intervention sur mesure au sein d’une entreprise ou d’une équipe, qui porte sur une problématique précise. Cela peut être un dysfonctionnement dans les équipes ou un changement de direction ou d’organisation. « Si durant le consulting, nous remarquons qu’une personne a un besoin plus spécifique, nous pouvons passer au format coaching avec elle d’une façon individuelle » nuance Guillaume Ferraris, directeur scientifique. Généralement, les séances en entreprise durent deux jours d’affilée plus un jour de suivi quelques mois plus tard, mais d’autres formats existent, comme par exemple un atelier d’une demi-journée sur un thème particulier ou un accompagnement longue durée à raison de quelques heures par mois. Pour transmettre ce mode de penser systémique, SLI SA organise régulièrement des formations inter ou intra-entreprise. « Notre offre est très large, allant d’un module pour les RH à du management systémique des projets, en passant par des cours spécifiques entièrement dédiés aux cadres dirigeants » souligne Guillaume Ferraris.

Outils systémiques

Esther Jouhet-Bordoni a développé une boite à outils extrêmement simples et intuitifs qui facilite le partage des idées et la discussion. Pour ouvrir l’échange, les facilitateurs utilisent souvent la technique de l’évocation, proposant à tous les participants de partager un à un les termes que leur évoque la thématique du jour. Ainsi, tous les membres se sentent directement intégrés dans la discussion d’une façon assez naturelle, sans pour autant être amenés à faire de longs discours. « Pour faire appel au système créatif et visuel et accéder au côté intuitif, nous utilisons la technique des représentations systémiques graphiques et des figurines. Si la première fait référence au dessin, la seconde consiste à représenter le système à l’aide des Playmobil et ainsi prendre de la hauteur par rapport à la situation » précise Leïla Ghattas Martins.

Esther Jouhet-Bordoni

SLI SA se compose de deux facilitateurs au Penser systémique©. Travaillant principalement en français, ils proposent des interventions de consulting et des formations aussi bien en Suisse qu’en France.

« Esther Jouhet-Bordoni a été la fondatrice de Systemic Learning Institute SA et la créatrice de la méthode Penser Voir et Agir Systémique©. Pendant plusieurs années, elle a partagé sa passion pour la Systémique et transmis son savoir à de nombreuses personnes qui appliquent avec succès sa méthode au quotidien, tant dans leur vie professionnelle que privée. Esther Jouhet-Bordoni nous a quittés le 18 avril 2019.  Elle laisse un héritage inestimable que Systemic Learning Institute SA et ses membres se sont engagés à diffuser largement selon son souhait.”

Monde Économique : Comment avez-vous découvert le Penser systémique© ?

Leïla Ghattas Martins : DRH dans un groupe horloger suisse, je voulais continuer à apprendre. Je me suis donc intéressée aux différentes offres de l’enseignement pour finalement choisir une formation à la pensée systémique. J’ai alors rencontré Esther en 2013, je suis tombée amoureuse de sa méthode et j’ai suivi toutes les formations qu’elle donnait. Quand en 2017 elle a proposé à quelques-uns de ses élèves de fonder SLI SA, j’ai directement quitté mon travail dans les ressources humaines pour me lancer dans cette aventure inédite !

Guillaume Ferraris : J’ai également rencontré Esther durant une formation à la Haute École de Gestion, alors que j’étais cadre à l’Etat de Genève. Elle nous a notamment parlé du triangle AOC, qui permet de faire rapidement le diagnostic d’une équipe ou d’une entreprise. C’était une véritable révolution pour moi ! Depuis longtemps j’étais à la recherche d’outils avec des paramètres simples pour comprendre nos systèmes organisationnels. Ce triangle équilatéral se compose du sens au milieu et de trois autres fondamentaux au niveau des angles. Il y a d’abord l’ordre ou la structure, puis la connaissance et finalement l’amour qui peut se décliner notamment en bienveillance, respect, écoute et tolérance. Ces trois fondamentaux doivent se retrouver à part égale dans un système pour que ce dernier fonctionne de manière harmonieuse.  En questionnant d’abord le sens, puis les trois pôles du triangle, les collaborateurs peuvent leur attribuer un score de 1 à 10, établissant un véritable diagnostic de la situation d’une façon intuitive et transparente. On sait ensuite sur quel fondamental travailler en priorité pour rééquilibrer le système. Après m’être formé à la méthode, j’ai suivi Esther dans ses mandats et les formations qu’elle donnait durant 4 ans, jusqu’à prendre part à la création de SLI en 2018.

Monde Économique : Pourquoi le mode de pensée systémique est-il peu développé en Europe ?

Guillaume Ferraris : Dans les pays développés, nous sommes beaucoup plus orientés sur la pensée analytique, fondée sur notre approche scientifique, cartésienne, et nous avons tendance à nous focaliser sur ce mode de pensée uniquement. Dans les pays d’Asie, l’approche systémique est beaucoup plus développée, la médecine holistique qui prend en compte la totalité du fonctionnement du corps en est un exemple concret. Dans l’analytique, nous tendons à exclure les choses pour être dans le ou, alors que dans le systémique nous cherchons à inclure les choses pour être dans le et. C’est pour cela que les deux approches sont si complémentaires. Voir les choses sous forme de systèmes et comprendre les interactions qui les influencent permet de mieux comprendre la complexité et ainsi de mieux s’y mouvoir.

Monde Économique : Pourquoi est-il important pour vous de mettre en place les différentes formations ?

Leïla Ghattas Martins : Notre objectif est de transmettre la méthode Penser, Voir et Agir Systémique© pour que d’autres professionnels puissent l’appliquer dans leur quotidien. Esther Jouhet-Bordoni nous a quittés en avril 2019, mais a laissé un manuscrit. Nous sommes donc en train de travailler à l’édition de ce livre, qui va rendre cette méthode encore plus accessible au plus grand nombre. Notre mission est de faire perdurer et transmettre cet héritage.

Pour plus d’informations https://sli-sa.ch/

Retrouvez l’ensemble de nos portraits d’entreprises ici

 

Recommandé pour vous