« stay safe, be smart » : une nouvelle étape : le remplacement ou l’hybridation des caméras par des capteurs sonores

11 juin 2019

Par Gaetan Vannay

Meilleur respect de la vie privée, détection de ce qui ne se voit pas, coûts inférieurs : en matière de sécurité, avec les progrès de l’Intelligence Artificielle, les capteurs acoustiques « smart » font leur chemin notamment face aux caméras. Des sociétés genevoise sont à la pointe dans ce domaine de l’acoustique intelligente.

« Être intelligent pour rester en sécurité », une mauvaise traduction du « stay safe, be smart » adressé aujourd’hui aux « smart cities », ces villes intelligentes apparues il y a une dizaine d’années pour intégrer la transition numérique sur la fabrication des villes et des territoires.

Etre intelligent aujourd’hui, c’est être équipé d’une électronique permettant de capter, traiter, analyser et communiquer de l’information.   Et grâce aux nouvelles technologies, capteurs variés et divers se multiplient dans les « villes intelligentes ». Les champs d’application sont vastes : gestion du trafic, surveillance de la qualité de l’air, traitement des déchets, santé des infrastructures, ou encore sécurité.

Tout comme pour l’image, le « Deep Learning », appliqué au son rend désormais possible et fiable ce qui paraissait utopique à implémenter il y a quelques années à peine. Comme par exemple la classification automatique de signaux sonores. Des problèmes acoustiques éminemment complexes lorsqu’on les aborde de manière « classique » mais qui peuvent être résolus grâce à l’Intelligence Artificielle. Et les solutions pour les résoudre sont désormais exploitables à l’échelle industrielle.

En Suisse, l’intelligence artificielle acoustique est ainsi représentée par des entreprises comme Hidacs Sarl, spécialistes en traitement du signal et machine learning au service de l’industrie, ou Securaxis SA

L’autoroute surplombe l’estuaire

Ainsi un capteur acoustique intelligent permet de saisir des sons inhabituels, d’en déterminer l’origine et la localisation, et de les signaler. Cris de foule, bris de verre, armes à feu, ruptures de matériaux dans des infrastructures, trafic, …  Les possibilités sont aussi vastes que l’environnement sonore qui nous entoure. Des essais en cours dans la région genevoise montrent que les capteurs sonores permettent d’analyser le trafic routier (direction, nombre et types de véhicules), d’autres tests mené par Securaxis dans des régions plus lointaines illustrent la capacité de capteurs acoustiques à surveiller la santé d’infrastructures liées à la production d’énergie, ou de repérer la présence de certains types d’animaux dans des zones géographiques déterminées.

Très concrètement, imaginez un pont autoroutier surplombant un estuaire. Les capteurs acoustiques qui l’équipent peuvent être entraînés à capter le trafic routier (direction, nombre et types de véhicules), à signaler des craquements dans les structures du pont, à repérer des voix humaines ou des bruits de collision, mais le capteur ne bronchera pas au cri roque et granuleux de l’oie cendrée qui peuple l’estuaire.

Remplacement ou hybridation

Le capteur acoustique produit un signal et non pas un enregistrement du son. L’événement est traité au plus près de sa source, et le signal envoyé n’est ainsi que l’information pertinente demandée.

Cette information peut être transmise par exemple à une caméra, pour l’orienter dans l’axe de l’origine du bruit et documenter visuellement l’événement générateur du bruit repéré. On parlera dans ce cas-là d’hybridation. Ou cette même information peut être expédiée directement aux acteurs concernés pour déclencher une action adéquate. 

Au-delà de la complémentarité, les capteurs acoustiques présentent aussi de sérieux avantages sur les caméras en termes de remplacement pour exercer les mêmes fonctions. Aujourd’hui la question du respect de la vie privée est devenue centrale dans la gestion des masses d’informations produites notamment par les smart cities. Une caméra de surveillance intelligente qui potentiellement peut vous reconnaître, analyser votre attitude et documenter chacun de vos gestes est une réalité assez désagréable à laquelle de plus en plus de citoyens s’opposent, mais tout en exigeant une meilleure gestion du trafic et une réactivité ou une anticipation de plus en plus efficace des services de secours ou de sécurité. Un doux paradoxe qui peut être résolu par les capteurs sonores. Et très prosaïquement, les coûts d’installation et de maintenance de capteurs acoustiques sont bien inférieurs à ceux d’une caméra.

Gaetan Vanney COO de Securaxis

 

Recommandé pour vous