Travail flexible et protection sociale ne sont pas incompatibles

23 juillet 2019

La transition numérique bouleverse le monde du travail. Les rapports 
flexibles de travail et d’emploi sont de plus en plus courants et 
soulèvent des questions sociales qui préoccupent les autorités 
politiques et les partenaires sociaux. Des mesures ciblées permettent
de relever ces défis. Un enjeu particulier pour l’économie suisse, 
car le travail flexible permet d’assurer une part importante de la 
force de travail supplémentaire dont elle a besoin. Dans son White 
Paper «Flexwork et protection sociale», swissstaffing, l’association 
suisse des services de l’emploi, a examiné la protection sociale des 
travailleurs flexibles – les «flexworkers» – dans différentes formes 
de travail. Il en ressort que le travail temporaire est exemplaire 
sur le plan de la politique sociale.

Flexwork – Le travail temporaire comme précurseur pour la protection 
sociale 

L’analyse de la couverture sociale dans différentes situations 
d’activité aboutit au constat suivant: dans le travail temporaire, 
les travailleurs flexibles sont très bien protégés en cas de maladie,
d’accident, de chômage et de vieillesse. En matière de formation 
continue, les travailleurs temporaires sont bien souvent mieux lotis 
que les employés permanents. «Avec le travail temporaire, la Suisse 
possède une forme de travail qui allie depuis longtemps flexibilité 
et protection sociale», explique Myra Fischer-Rosinger, directrice de
swissstaffing. Du fait de la réglementation complexe du marché du 
travail et de l’absence d’une signature numérique simplifiée, les 
plateformes en ligne sont réticentes à endosser les responsabilités 
d’un employeur. «C’est pourquoi les réglementations concernant les 
formes de travail flexibles ne doivent pas être rendues encore plus 
complexes. Le travail flexible peut ainsi devenir une forme de 
travail tournée vers l’avenir, qui allie protection sociale et 
flexibilité, à la fois en ligne et hors ligne, et qui renforce les 
atouts économiques de la Suisse.»

Flexwork – Souvent un souhait de longue date exprimé par toutes les 
classes d’âge 

Dans le cadre d’une enquête effectuée auprès de 4000 travailleurs 
temporaires, swissstaffing a étudié les motivations des travailleurs 
flexibles. Les résultats le confirment: «Les employés jeunes et 
indépendants optent très souvent pour le travail flexible. Avec un 
pourcentage d’au moins 31%, le besoin de travailler de manière 
flexible est très répandu dans toutes les classes d’âge», explique 
Marius Osterfeld, économiste chez swissstaffing. Leurs principales 
motivations sont un meilleur équilibre vie privée/vie professionnelle
(44%) et la variété professionnelle (39%). Les autres travailleurs 
temporaires mettent à profit la forme d’activité flexible pour se 
réorienter sur le marché du travail et utilisent cette forme de 
travail comme passerelle vers un emploi fixe. Ils sont soutenus 
financièrement par le fonds paritaire pour la formation continue 
temptraining.

Le marché du travail de demain a besoin d’une culture qui accepte le 
travail flexible et le passage dynamique d’une forme de travail à 
l’autre. Il faut également un système de sécurité sociale qui protège
les actifs, quel que soit leur type d’activité, contre les risques 
majeurs et qui encourage la formation initiale et continue tout au 
long de la vie. Un tel système a déjà été développé pour les 
travailleurs temporaires.

 

Recommandé pour vous