Victoire de Biden : perspectives mitigées pour les investisseurs

8 novembre 2020

Une relance budgétaire supplémentaire est attendue, une hausse d’impôts est incertaine.

■ T. Rowe Price s’attend à ce que le président élu Joe Biden fasse pression en faveur d’un autre plan de relance budgétaire, y compris le financement des collectivités locales.

■ Si Biden est favorable à une augmentation de l’impôt sur les sociétés, il est loin d’être certain qu’elles seront adoptées par le prochain Congrès.

■ Biden a suggéré d’adopter une position ferme à l’égard de la Chine en ce qui concerne les pratiques de marché, même s’il pourrait chercher à établir des partenariats multilatéraux pour traiter ces questions.

Les propositions politiques du démocrate Joe Biden en tant que prochain président des États-Unis (en attendant l’issue d’éventuelles contestations judiciaires) pourraient avoir des conséquences mitigées pour les investisseurs si elles sont mises en œuvre. Beaucoup considèrent que Biden pourrait donner la priorité à des mesures de relance budgétaire majeures supplémentaires pour aider l’économie à continuer à se remettre du fort ralentissement causé par la pandémie de coronavirus. Toutefois, Biden est également favorable à une augmentation de l’impôt sur les sociétés qui servirait à financer une partie des dépenses supplémentaires. Il est loin d’être certain qu’elles puissent être adoptées, compte tenu de l’opposition des républicains. 

Budgets et impôts

Mark Vaselkiv, directeur des investissements obligataires chez T. Rowe Price, estime que Biden va probablement chercher des financements supplémentaires pour les États et les collectivités locales. « L’économie est la plus faible au niveau de l’État et au niveau régional, où les autorités ont besoin d’aide pour atténuer des réductions dans les services essentiels dans un contexte la baisse des revenus », affirme Vaselkiv. Cet effort de financement pour les localités pourrait aider à stabiliser et à soutenir la qualité de crédit de la dette des collectivités pour les années à venir, à mesure que l’économie se remettra de la pandémie. 

Biden a proposé d’augmenter l’impôt sur les sociétés afin de réduire de moitié la réduction d’impôt prévue par la loi sur la réduction des impôts et l’emploi (TCJA) de 2017. Le plan de Biden consiste à augmenter le taux d’imposition des sociétés – actuellement de 21 % – à 28 %. Le taux resterait ainsi nettement inférieur au taux de 35 % en vigueur avant la TCJA. Le président élu Biden essaierait probablement d’augmenter les impôts sur les revenus étrangers des sociétés américaines et d’instituer une forme d’impôt minimum alternatif pour les sociétés. Toutefois, l’opposition républicaine pourrait limiter ou empêcher certaines de ces mesures d’augmentation des impôts. 

Effet à court terme sur les bénéfices des sociétés

La hausse d’impôts décrite par Biden, si elle est appliquée, pourrait réduire les bénéfices après impôts des entreprises. David Giroux, directeur des investissements en actions et de la stratégie multi-asset chez T. Rowe Price, déclare que les augmentations de taux d’imposition proposées par Biden pourraient collectivement réduire les bénéfices après impôts des sociétés de l’indice S&P 500. Cependant, certaines industries pourraient bénéficier d’une augmentation des dépenses. David Eiswert, gestionnaire de portefeuille pour la stratégie d’actions de croissance internationales, convient que les entreprises américaines subiraient une « remise à zéro des bénéfices » si le plan fiscal de Biden était adopté, bien qu’il pense également que les effets seraient « gérables et probablement réglés, en partie, par le stimulus fiscal ». 

En ce qui concerne les obligations d’entreprises, Vaselkiv affirme que « l’augmentation d’impôts de Biden aurait un impact plus direct sur les actions que sur le crédit aux entreprises, frappant probablement le plus durement les actions des géants de la tech les plus proactifs ». Une hausse des impôts ne freinerait pas nécessairement la croissance, ajoute M. Vaselkiv, en faisant remarquer que les bénéfices des entreprises américaines et l’économie américaine en général ont tous deux continué de croître après les hausses d’impôts sous les administrations Clinton et Obama. 

Selon Alan Levenson, économiste américain en chef de T. Rowe Price, le premier ordre de priorité de Biden en matière fiscale sera probablement une réponse au coronavirus financée par la dette et un plan de sauvetage économique. Biden attendra probablement jusqu’en 2021 pour tenter de mettre en œuvre sa vision plus large du renouveau économique, la moitié environ du coût sur dix ans devant être fixée par les impôts et les taxes. « L’ajout implicite à la dette est gérable car les taux d’emprunt sont faibles par rapport à la croissance potentielle de l’économie », explique-t-il.

Pression sur la Chine continue 

Tout porte à croire qu’en tant que président, Biden adoptera une position ferme à l’égard de la Chine sur les pratiques commerciales et les questions de droits de l’homme, même s’il cherchera probablement à établir des partenariats multilatéraux et à utiliser des leviers autres que le commerce dans toute renégociation des relations entre les États-Unis et la Chine. 

« Les tensions avec la Chine semblent résonner à travers le clivage politique », déclare Quentin Fitzsimmons, gestionnaire de portefeuille obligataire chez T. Rowe Price International. Il pense que Biden maintiendra la pression sur la Chine pour répondre aux préoccupations concernant les droits de propriété intellectuelle dans le secteur technologique. « Il est difficile de dire comment les relations sino-américaines vont évoluer sous la présidence de Biden », déclare Ken Allen, gestionnaire de portefeuille spécialisé dans les actions Sciences & Technologies, « mais si la volatilité devait diminuer, cela pourrait être positif pour les entreprises technologiques qui sont perçues comme étant quelque peu exposées aux tensions commerciales entre les deux pays ». 

Toutefois, selon Levenson, Biden pourrait être confronté à des tensions entre un réengagement plus constructif avec les alliés sur le plan commercial et la recherche de la refonte des lignes d’approvisionnement essentielles ainsi que des emplois manufacturiers en général.

Les industriels pourraient bénéficier d’une avancée vers l’efficacité énergétique 

Biden a indiqué qu’il cherchera à obtenir des niveaux plus élevés de dépenses fédérales en matière de marchés publics et des incitations fiscales pour créer des emplois et stimuler le développement économique en reconstruisant les infrastructures essentielles. Jason Adams, gestionnaire de portefeuille du Global Industrials Equity Strategy, estime que, s’ils sont mis en œuvre, les plans ambitieux de Biden pourraient accélérer les progrès en matière d’efficacité énergétique et de réduction des émissions. « De nombreuses entreprises industrielles représentent une partie de la solution à cet égard », dit-il. Les bénéficiaires potentiels, ajoute-t-il, pourraient inclure des entreprises spécialisées dans les compresseurs d’air, le transport ferroviaire, les avions commerciaux, les véhicules électriques et les gaz industriels. 

Inversement, les dépenses de défense des États-Unis « sont confrontées à la perspective de plusieurs années d’une modeste trajectoire descendante après un cycle ascendant de sept ans, ce qui aurait été probable quel que soit le prochain président élu », affirme Adams.

La politique de soins de santé pourrait accroître le marché des entreprises axées sur l’assurance-maladie 

Etendre l’accès à l’assurance maladie semble également être une priorité pour Biden, qui a proposé d’abaisser l’âge requis pour avoir droit à l’assurance maladie à 60 ans à partir de 65 ans et en créant une nouvelle option publique administrée par Medicare qui inscrirait automatiquement les Américains à faible revenu qui ne sont pas éligibles à Medicaid. L’analyste healthcare Rouven Wool-Lewis estime que, si elles sont mises en œuvre, ces politiques pourraient accroître le marché pour les organismes de soins gérés axés sur l’assurance maladie tout en détournant potentiellement certains clients des fournisseurs d’assurance maladie privés. 

Le président élu Biden et le président Trump ont préconisé différentes solutions pour réduire le coût des médicaments. Selon l’analyste pharma Je Holford, de telles propositions sont plus susceptibles d’être adoptées par l’administration Biden, ce qui pourrait avoir un impact négatif sur les stocks pharmaceutiques. Holford note également, cependant, que la politique de la législation sur les soins de santé est compliquée étant donné les relations étroites que les politiciens, au-delà de la division politique, entretiennent avec l’industrie pharmaceutique. 

Potentiel de renforcement de la réglementation bancaire 

L’administration Biden pourrait chercher à imposer des règles et des politiques d’application plus strictes aux banques. Ces mesures potentielles pourraient inclure des limites supplémentaires sur les dividendes bancaires et les rachats d’actions à mesure que les États-Unis se remettent de la pandémie et de ses retombées.

Toutefois, Gabriel Solomon, gestionnaire action spécialisé dans la finance, estime que l’environnement réglementaire pourrait s’avérer « moins conflictuel » que sous l’administration Obama, après que le laxisme de la réglementation bancaire ait été largement considéré comme ayant contribué à la crise financière mondiale de 2008-2009. 

Les mesures réglementaires risquent d’avoir peu d’impact sur le marché du pétrole 

Le programme de Biden laisse entendre qu’il va essayer de renforcer la réglementation de l’industrie des combustibles fossiles, ce qui entraînerait probablement des coûts de mise en conformité plus élevés pour les compagnies pétrolières et gazières. Biden a également exprimé son soutien à un moratoire sur les nouvelles ventes de concessions pétrolières et gazières sur les terres fédérales et à l’arrêt éventuel de la délivrance de nouveaux permis de forage dans ces zones. 

Shawn Driscoll, gestionnaire action spécialisé dans les ressources naturelles internationales, soutient que les conditions du marché mondial du pétrole, et non les implications réglementaires de l’élection de Biden, sont susceptibles d’avoir plus d’influence sur les bénéfices des sociétés énergétiques. 

 » Nous ne pensons pas que Biden changera la donne. En dehors des rallyes anticycliques occasionnels, le pétrole restera dans un marché baissier à long terme en raison de l’augmentation de la productivité et de la baisse des coûts de production ».

Retrouvez l’ensemble de nos articles Décryptage ici

 

Recommandé pour vous