Abonnements mobile : Swisscom perd du terrain ; 
les concurrents Sunrise et Salt en profitent à peine

19 décembre 2018

Le leader du marché, Swisscom, a légèrement perdu du terrain dans l’utilisation de la téléphonie mobile, cédant 5 % de parts de marché. Le prix reste le critère principal dans le choix du prestataire. En Suisse, plus de quatre cinquièmes des utilisateurs détiennent déjà un abonnement pour leur téléphone mobile. Tels sont les résultats d’une analyse de comparis.ch

Zurich, le 19 décembre 2018 – Une enquête représentative du comparateur sur Internet comparis.ch indique un déplacement de l’utilisation de la téléphonie mobile sur le marché pour 2018. Le leader du marché, Swisscom, a perdu 5 % de parts de marché par rapport à l’année précédente, atteignant aujourd’hui une part de 42 %.

Sunrise et Salt n’ont pas su tirer profit de la perte de Swisscom

Les concurrents, Sunrise et Salt, n’ont pas été en mesure de tirer profit du recul de Swisscom : Salt a gagné 1 % seulement (soit 16 % aujourd’hui) et Sunrise a perdu 1 % (soit 22 % aujourd’hui). Même pris ensemble, les deux opérateurs ne parviennent toujours pas à rattraper le numéro un du marché, Swisscom. Mais indirectement, Swisscom a profité de la situation : Wingo et Simply Mobile, deux produits de Swisscom, ont chacun atteint 1 % de part de marché. En comparaison, d’autres prestataires ont progressé de 3 %. Migros M-Budget a gagné 1 % (soit 8 % aujourd’hui). Coop, au contraire, a chuté de 2 à 1 %.

« En principe, la propension à changer de prestataire est faible en Suisse. Le plus souvent, les consommateurs restent fidèles à leur opérateur durant plus de cinq ans. Mais lorsqu’ils changent de prestataire, ils recherchent plutôt moins cher sans perdre en qualité », note Jean-Claude Frick, expert Numérique chez Comparis. Et d’ajouter que sur ce point, ce sont aujourd’hui notamment Wingo et Simply Mobile, utilisant tous deux le réseau Swisscom, qui peuvent marquer des points.

Le prix reste le critère déterminant

Concernant le choix du produit, le prix constitue toujours le critère majeur, cité dans 73 % des cas (72 % l’année précédente). Le deuxième critère est la qualité de la couverture réseau : ce facteur a considérablement gagné de l’ampleur par rapport à 2017, représentant 69 % des réponses (61 % l’année précédente).

Loin derrière, en troisième lieu, les utilisateurs citent le fait d’avoir le plus de volume de données possible. Là encore, ce point a gagné en importance, grimpant de 30 à 34 %. C’est particulièrement vrai pour la génération des 18-35 ans (42 % contre 27 % chez les plus de 56 ans).

En revanche, un crédit roaming intégré revêt toujours une importance très, avec 22 % de réponses (21 % en 2017). « Les consommatrices et consommateurs suisses privilégient les packs de données d’itinérance disponibles séparément, qu’ils peuvent activer au besoin », précise Jean-Claude Frick. Un comportement qui est également lié au fait que les opérateurs ont depuis instauré des mécanismes efficaces de maîtrise des coûts à l’étranger.

Les jeunes signent plus souvent un abonnement

Le nombre de mobinautes ayant souscrit un abonnement a globalement augmenté en 2018. Aujourd’hui déjà, 82 % des utilisatrices et utilisateurs suisses détiennent un contrat de téléphonie mobile (77 % en 2017). Le plus souvent, ce sont les 18-35 ans qui concluent un abonnement mobile (86 %). Parmi les plus de 56 ans, ils ne sont que 79 % à le faire. Les tranches d’âge plus élevées recourent bien plus souvent à une offre prépayée (17 %) que les moins de 35 ans (11 %).

« Les jeunes générations ne téléphonent plus que rarement. Mais elles ont besoin de volumes de données importants. Raison pour laquelle un abonnement est souvent moins cher qu’un produit prépayé pour ces utilisateurs », observe Jean-Claude Frick.

Méthode

Enquête représentative réalisée par l’institut de sondage et d’études de marché INNOFACT pour le compte de comparis.ch auprès d’un échantillon de 1044 personnes issues de toutes les régions de Suisse. Le sondage a eu lieu en novembre 2018.

 

Recommandé pour vous