Le marché automobile reprend haleine pour le sprint final

5 novembre 2018

Comme on s’y attendait, le marché des voitures de tourisme neuves de
la Suisse et de la principauté du Liechtenstein a encore une fois
repris son souffle au mois d’octobre. Les 22 788 nouvelles
immatriculations correspondent à un recul de 7,8 % par rapport au
même mois de l’année précédente. Après dix mois, les mises en
circulation se chiffrent à 248 074 voitures neuves, un repli de 3,2 %
en comparaison à 2017. Dans leurs prévisions, les membres
d’auto-suisse considèrent un niveau de 308 000 voitures de tourisme
neuves comme réalisable d’ici la fin de l’année. Les quelque 60 000
immatriculations nécessaires pour arriver à ce chiffre devraient être
atteignables au vu des retards de livraison qu’a engendré le passage
aux nouvelles normes sur les gaz d’échappement.

Depuis septembre, toutes les voitures de tourisme neuves importées en
Suisse doivent avoir été homologuée avec le cycle d’essai WLTP plus
réaliste. La transition se fait sous forme des nouvelles normes sur
les gaz d’échappement Euro 6c et Euro 6d (-TEMP), dont la validation
se traduit par un effort nettement supérieur à celui requis pour
l’ancien cycle NEDC. «D’après nos informations, certains véhicules
déjà produits pourront probablement être livrés au cours des deux
derniers mois de cette année», déclare le porte-parole d’auto-suisse,
Christoph Wolnik. «Cela devrait nous permettre d’atteindre notre
objectif visé de plus de 300 000 voitures de tourisme neuves en
2018.» L’enquête anonymisée auprès des membres d’auto-suisse a montré
qu’ils tablaient sur environ 308 000 immatriculations pour l’an 2018,
poursuit Wolnik.

Pour 2019, les importateurs d’automobiles officiels s’attendent à un
développement stable du marché. Selon l’avis des membres
d’auto-suisse, la demande et dès lors le nombre total de mises en
circulation à la fin 2019 devraient se situer à un niveau similaire à
celui de cette année. «De nombreuses nouveautés donneront de
nouvelles impulsions au marché, dans le domaine des propulsions
alternatives notamment», constate Christoph Wolnik. La part des
alternatives dans les nouvelles immatriculations a atteint une valeur
élevée de 8,8 % en octobre, comparé à 6,2 % au même mois de l’année
passée. Avec 16 973 voitures hybrides, électriques, à gaz naturel et
à hydrogène, le nombre de voitures à entraînement alternatif
immatriculées durant l’année en cours a augmenté de 22,7 % par
rapport à la même période de 2017.

 

Recommandé pour vous