Les marques doivent-elles se réorienter pour réussir aujourd’hui et… demain ?

27 juin 2021

Les attentes des acheteurs ont changé et on se doit d’y répondre : prise en compte de la proximité et des circuits courts, fabrication respectueuse de l’environnement, conditions de salaire décentes pour les employés sont quelques-unes des nouvelles exigences des consommateurs. Dans cet article, nous allons faire le tour de cette question importante concernant la pérennité de l’économie marchande.

Du circuit court au « fait maison » !

C’est une vraie tendance et qui tend à se renforcer au fil des années. Les commerçants en ligne tout comme leurs collègues gérant des magasins traditionnels constatent que les consommateurs privilégient la proximité et la qualité de fabrication. Les acheteurs n’opposent d’ailleurs pas le e-commerce avec le commerce local : au contraire, une étude réalisée en 2017 conclue que 7 consommateurs sur 10 sont d’avis que le web va renforcer le commerce local en mettant en valeur les différents acteurs. Ils pointent le fait qu’internet permet de diffuser des promotions, de mieux expliquer la provenance de certains produits ou encore, de donner l’occasion à des producteurs de vendre directement en ligne.

Enfin, cette étude montre aussi que presque 80 % des consommateurs actuels achètent des produits locaux le plus souvent possible. Cela s’accompagne d’ailleurs d’une méfiance accrue envers les marques traditionnelles et surtout les grandes chaînes d’hypermarchés : les marques moins connues ou les commerçants en ligne pourront donc profiter de cet état de fait ! Par ailleurs la tendance du « fait maison » explose et on constate que de plus en plus de chaînes YouTube proposent des tutos tandis que de nombreux blogs apparaissent pour donner des conseils et astuces afin de réaliser beaucoup de choses chez soi, de la cuisine jusqu’au bricolage…

Des nouveaux modes de consommation de mieux en mieux connus

Quelques chiffres permettent de mieux comprendre la modification des habitudes des consommateurs. Par exemple, 87 % font le choix de privilégier des achats sur les sites web tandis que 50 % d’entre eux souhaitent que les marques communiquent sur les méthodes de fabrication et l’origine des matières premières. 25 % des acheteurs sont attentifs aux enseignes qui ont des valeurs écologiques fortes et qui relocalisent en France.

Dans la même direction, 53 % des consommateurs choisissent des produits français en priorité.

Ces chiffres nous permettent de mieux comprendre la réorientation en cours de la consommation de masse. D’ailleurs, il ne faut pas oublier que presque 65 % des personnes sondées font moins confiance aux marques auparavant et que 40 % d’entre elles expliquent avoir modifié en profondeur leur façon d’acheter et de consommer.

Vers le « phygital » ?

Peut-être vous posez-vous la question de ce que signifie ce nouveau mot ? C’est la nouvelle tendance du commerce, c’est-à-dire la création d’un lien quasiment organique entre les e-boutiques et les magasins traditionnels. Cela signifie qu’à l’avenir, il faudra intensifier les échanges entre les sites web et les lieux de vente « en dur » en favorisant la flexibilité.

Par exemple, un acheteur pourra commander un produit sur le site d’une marque et aller le chercher directement dans le magasin ou encore, venir essayer différents articles en boutique puis les acheter ensuite sur un site de e-commerce. Cette intensification de la place du numérique va s’accélérer au cours des prochaines années comme le rapporte l’agence de notation Moody’s. Et l’épidémie de la covid-19 n’est qu’un élément parmi d’autres dans le renforcement de la place des sites marchands dans l’économie mondiale.

D’ailleurs, on constate que même en ligne, le comportement des consommateurs évolue et qu’ils font particulièrement attention à la description des produits et à la provenance des articles. Le cabinet d’études Nielsen affirme que les problématiques sanitaires et économiques, en particulier la baisse du pouvoir d’achat, vont continuer à donner de nouvelles formes à la consommation : dans tous les cas, on note que celle-ci devient plus responsable, avec une prise en compte du prix mais aussi des conditions de fabrication et d’expédition.

Il est indéniable que le commerce doit s’adapter à ces nouvelles tendances s’il veut se développer, que lui celui-ci soit en ligne ou se fasse dans un magasin traditionnel. La grande nouveauté est l’importance qu’accorde le consommateur au produit en lui-même, à la façon dont il a été fabriqué et d’où il provient : les marques devront en tirer les conséquences pour assurer leur pérennité !

Retrouvez l »ensemble de nos article Branding ici

 

Recommandé pour vous