Litigium – Choisir le bon conseil

5 mai 2019

Aujourd’hui à Genève il n’y a plus besoin de se ruiner ni de se fâcher pour faire valoir ses droits et défendre ses intérêts dans un conflit.

Il suffit pour cela de choisir le bon Conseil, entendons ici, le bon représentant.

Nati Gomez est conciliatrice, cela veut dire que son seul but est la pérennité d’un accord grâce aux décisions qui sont prises dans la cordialité et le respect et cela change tout !

D’abord réfractaires et osons le dire, quelque peu moqueurs, les avocats à qui elle a parlé de son projet innovant en 2016 lors de l’ouverture du premier et seul cabinet de conciliation au sens propre, à Genève, se sont rendu compte au fil des collaborations gagnantes à tous points de vue et surtout pour les parties, de l’intérêt mais surtout de la valeur ajoutée d’une personne qui défend « la cause », le respect et la loi dans un litige. 

On parle de plus en plus de droit collaboratif entre avocats, ce qui prouve que les esprits s’ouvrent  au sein de ce cercle assez fermé. La médiation existe également et fonctionne, mais entre l’avocat, droit au but, onéreux et sans réel pouvoir de négociation directe avec la partie adverse et le médiateur qui demande aux parties de trouver les ressources pour parvenir à un accord avec la lenteur qu’on peut imaginer, il apparaissait clairement à Nati Gomez et Gilles Pistoletti (avocat), qu’il manquait un lien plus direct, plus rapide et avec une marge de manœuvre plus grande et créative dans la résolution de conflits.

De ce constat est né le cabinet Litigium. La conciliation, telle qu’elle y est présentée est l’art de proposer, guider, traduire, apaiser et décider. Voilà ce que reçoivent ceux qui franchissent la porte de ce chaleureux lieu situé à la Rue du Lac à Genève. Une fois que le cadre légal a permis aux parties de prendre conscience de leurs droits mais surtout de leurs devoirs, la conciliation permet de comprendre clairement les attentes et les motivations de chacun en leur assurant d’être les acteurs principaux dans la décision et surtout de ne plus se sentir en apesanteur en attendant la sentence d’un juge qui est quasiment toujours en deçà de leurs attentes. Les parties, la conciliatrice, les avocats ou les juristes et les juges collaborent et la justice avec ses nombreuses qualités brille et réconforte parce qu’elle est alors utilisée à bon escient. 

Les mentalités étant empêtrées dans leurs habitudes, il a fallu à Nati Gomez user de la même créativité qu’elle offre à ses mandants pour faire savoir aux suisses-romands qu’il y a une autre manière de venir à bout d’un conflit. Elle a ainsi créé une émission reproduisant son travail et la belle collaboration entretenue avec les hommes et les femmes de loi qui a immédiatement séduit et la Direction, et les auditeurs de Radio Lac. Depuis septembre 2018, chaque jour à 12:50, Alexandre Alimi, juriste et avocat en devenir, pose le cadre légal quant à Nati Gomez, elle cherche le moyen de concilier l’intérêt  des deux parties. Ils travaillent sur les nombreux conflits qui leurs sont confiés en prodiguant, bénévolement, avis de droit et conseils moraux utiles à tous.

Désormais la collaboration avec les avocats de l’Arc lémanique est quotidienne et lorsque le quatuor est formé des deux parties, d’un avocat et d’une conciliatrice, le ton est doux, calme et respectueux. Les accords sont pérennes et le juge les accepte, heureux de voir enfin arriver devant lui des individus ayant décidé de prendre leur destin en mains.

Lors des conflits qui ne demandent pas de procédure juridique et ils sont nombreux, la conciliation peut se faire sans avocat et même sans que les parties aient besoin de se voir, c’est alors la conciliatrice qui fait le lien de A à Z. Le cabinet prend en charge tous les conflits que se soit dans le cadre professionnel, familial, amical ou administratif et qu’une procédure soit déjà en cours ou non.

 

Recommandé pour vous