Prévision avant la réunion de Jackson Hole – Le discours de Powell devrait porter sur les perspectives économiques

25 août 2021

Photo © T. Rowe Price

Par Alan Levenson, économiste en chef pour les USA chez T. Rowe Price

Je ne m’attends pas à de grandes surprises dans le discours de Powell par rapport au message transmis lors de sa conférence de presse du 28 juillet et au procès-verbal de la réunion du FOMC du même jour.

En ce qui concerne les achats d’actifs de la Fed, le consensus du FOMC, tel qu’il ressort du compte-rendu de la réunion du 28 juillet, est que le seuil des « progrès substantiels » permettant de commencer la réduction progressive a été atteint par rapport à l’objectif d’inflation de 2% de la Fed, non par rapport à son objectif d' »emploi maximum ». Les dirigeants ont indiqué que la réduction progressive des taux d’intérêt devrait commencer plus tard cette année ou au début de 2022, à condition que l’économie continue d’évoluer comme ils le prévoient.

Le FOMC s’est engagé à fournir un « préavis » avant d’apporter des modifications aux achats d’actifs de la Fed. Dans le cadre du cycle des réunions programmées du FOMC, je m’attends à ce que ce « préavis » prenne la forme d’une indication selon laquelle le marché du travail est sur le point d’atteindre le seuil permettant de commencer à réduire les achats d’actifs, suivie, lors d’une réunion ultérieure du FOMC, d’une annonce selon laquelle la réduction des achats d’actifs commencera le mois suivant (en supposant que la reprise du marché du travail continue de répondre aux attentes de la Fed).

Selon moi, le « préavis » sera donné à l’issue de la réunion du FOMC du 22 septembre, suivi de l’annonce officielle, le 3 novembre, de la réduction du rythme des achats d’actifs en décembre (en supposant que la reprise du marché du travail continue de répondre aux attentes de la Fed).

Dans ce contexte, le message du président Powell ouvrira la porte à un  » préavis  » le 22 septembre, mais sans s’engager sur une quelconque ligne de conduite. Il pourrait s’agir d’une évaluation de l’évolution du marché du travail à ce jour par rapport à la norme des « progrès substantiels », ainsi que d’une discussion sur les considérations de gestion des risques qui entrent en ligne de compte dans cette décision.

Plus généralement, ce discours pourrait être l’occasion de souligner que le début de la réduction progressive des achats d’actifs ne marque pas le début d’un compte à rebours dépendant de la date pour le relèvement des taux d’intérêt. Ce dernier a ses propres critères, à savoir que « les conditions du marché du travail ont atteint des niveaux compatibles avec les évaluations du Comité en matière d’emploi maximum et l’inflation a atteint 2% et est en bonne voie pour dépasser modérément 2% à terme ». En ce qui concerne les conditions du marché de l’emploi, il serait simple pour Powell de souligner que l’attente collective du FOMC est que celles-ci seront encore en deçà de l’emploi maximum à la fin de l’année (par exemple, une prévision médiane du taux de chômage au 21T4 de 4,5% contre une estimation de 4,0% du taux « à long terme »). En ce qui concerne l’inflation, M. Powell a déjà déclaré que quelques mois d’inflation à 2%, notamment sous l’effet de  » facteurs transitoires « , ne remplissent pas ce critère. Il souhaiterait plutôt voir une période soutenue, peut-être un an ou plus, d’inflation modérément supérieure à 2%. 

Enfin, si Powell veut entretenir l’idée qu’il y aura un intervalle de plusieurs mois, par exemple, entre l’arrêt des achats d’actifs et le premier relèvement des taux, il ne s’attardera pas sur les risques de hausse des perspectives d’inflation (bien que les décideurs aient reconnu que la balance des risques penche vers le haut) ; Il n’insistera pas non plus sur la possibilité que la pandémie ait entraîné des changements structurels sur le marché du travail, de sorte que les conditions antérieures à la pandémiene constituent peut-être pas le bon point de référence pour évaluer les progrès vers l’objectif d’un taux d’emploi maximum (bien que plusieurs participants aient fait des commentaires à cet effet lors de la réunion du FOMC du 28 juillet).

Retrouvez l’ensemble de nos articles Economie ici

 

Recommandé pour vous