Zurich, la ville la plus écologique de Suisse

28 avril 2021

IG Bank a réalisé une étude sur la durabilité des huit plus grandes villes de Suisse. Zurich s’impose en tête du classement, suivie de près par Lausanne. Outre ce classement, IG Bank a analysé les domaines de croissance durable dans lesquels il est pertinent d’investir.

Le thème de l’écologie, omniprésent chez les responsables politiques, les scientifiques et les entreprises, ne peut plus être ignoré. Les investissements vont de plus en plus se concentrer dans ce domaine. IG Bank a, dans ce contexte, analysé la culture écologique des villes suisses.

En termes d’écobilan, Zurich surpasse les autres villes

IG Bank a réalisé une étude des huit villes les plus importantes de Suisse en termes de qualité de l’air, d’utilisation des transports publics, de zones de loisir, etc., en se basant sur des sources de données officielles comme sur des informations d’agences internationales telles que les Nations Unie, CDP (Carbone Disclosure Project) et IQAir. Zurich se classe première et obtient de très bons scores dans tous les domaines étudiés et notamment grâce aux transports publics qui constituent le critère décisif. En effet, près de 67% des plus de 409’000 zurichois-e-s utilisent régulièrement les transports publics – soit 671 personnes sur 1’000 pendulaires. C’est l’une des raisons de l’excellent score de Zurich en termes de qualité de l’air (21) – par rapport à la ville de Lausanne, malgré sa taille plus modeste.

Globalement, les autres villes suisses sont elles aussi performantes. Les données de l’Institute for Fiscal Studies au Royaume-Uni révèlent par exemple que seuls 14 % des employés britanniques utilisent les transports publics. Alors que Lugano, pourtant dernière du classement dans cette catégorie, compte deux fois plus d’usagers des transports publics (28,80 %).

Les villes suisses misent sur l’écologie

Zürich n’est pas la seule à investir pour l’avenir. Genève, pour sa part, a lancé une initiative Climate Smart Communities (CSC), visant à muer la ville en «Smart City». La ville de Berne s’est fixé l’objectif ambitieux de couvrir, à échéance 2035, 80 % de l’ensemble des besoins énergétiques urbains en recourant à des énergies de sources renouvelables.

Même à Bâle, la ville la moins performante des huit villes suisses étudiées, le gouvernement local accorde des subventions aux rénovations écologiques des maisons et entreprises privées et les chauffeurs de taxi de la ville peuvent bénéficier d’aides à l’achat d’un véhicule électrique allant jusqu’à 10’000 CHF.

Possibilités d’investissements durables

La Suisse est en bonne voie d’atteindre ses objectifs en matière de durabilité et de changement climatique. Cela ouvre aux investisseurs de nouvelles possibilités d’investissements qu’il vaut la peine de surveiller. BKW Energie AG, par exemple. Pionnière dans le secteur des énergies renouvelables en Suisse, a mis l’accent sur l’hydraulique, le solaire, l’éolien et la biomasse. Elle réduit en parallèle sa production à base de combustibles fossiles.

Autre exemple, ABB, entreprise helvético-suédoise, a récemment contribué, avec son logiciel d’Intelligence Artificielle (IA), à réduire la consommation de combustibles fossiles dans divers domaines. Elle s’impose en outre comme société pionnière dans le secteur du traitement de données, œuvrant pour que les centres de données opèrent de façon plus efficace du point de vue énergétique.

« L’écologie est un volet majeur de la politique suisse, à l’échelle nationale mais aussi au niveau local, comme le montre notre rapport. Il est aujourd’hui plus important que jamais de prendre conscience de l’essor que vont connaître, au cours des années à venir, les investissements dans les secteurs durables », explique Fouad Bajjali, CEO IG Bank AG.

Pour en savoir plus sur l’étude, cliquez ici.

Retrouvez l’ensemble de nos Communiqués ici

 

Recommandé pour vous