Interview de Gaëlle Grosjean: L’Asie est présente en force avec une importante délégation en provenance de Hong Kong

3 avril 2018

Interview de Madame Gaëlle Grosjean, Directrice du Salon International des Inventions

Le Monde Economique A quelques jours de l’ouverture de la 46ème édition du salon des inventions de Genève, quel est l’état des préparatifs ?

Gaëlle Grosjean : Les inventions sont enregistrées, les inventeurs seront bientôt dans l’avion pour Genève, le tapis est posé et les parois montées ! Une dernière ligne droite et nous y sommes !

Il faut dire que cette 46ème édition s’annonce déjà fort intéressante : nous accueillons en plus de notre millier d’inventions, le lancement mondial du projet d’Yvan Bourgnon, The Sea Cleaners, sur un stand dédié. Deux Start-ups issues de l’EPFL : Dronostics, un système de livraison de petits colis par drone et Rovenso, des robots construits pour remplacer l’homme en terrains accidentés et en environnements dangereux seront mis à l’honneur sur un même pavillon. L’IFIA (International Federation of Inventor’s Association), partenaire de haute qualité du salon, fêtera ses 50 ans. Vivement le 11 avril !

Le Monde Economique Quelle la tendance de cette nouvelle édition du Salon International des Inventions de Genève?

Gaëlle Grosjean : En parcourant les inventions inscrites, on peut remarquer les tendances du marché. Par exemple, les inventions regroupées dans le domaine médical se sont décuplées ces dernières années, de même que celles de la sécurité et de l’énergie. L’Asie est présente en force avec une importante délégation en provenance de Hong Kong qui nous présentera une sélection des meilleurs projets issus des Universités polytechniques et Centres de Recherche et de Développement.

Le Monde Economique L’économie reprend et le marché se porte bien, en quoi ce salon est utile pour les exposants? Et pour les visiteurs?

Gaëlle Grosjean : Le Salon des Inventions de Genève offre une vitrine internationale aux inventions ainsi qu’à leurs inventeurs. Il est fondamental de faire connaître son invention afin de voir son projet aboutir, que ce soit à travers une perspective de commercialisation, de financement, d’adaptation ou d’évolution. De l’autre côté, le visiteur professionnel trouve au Salon une sélection des dernières innovations. Le Salon offre donc cette plateforme de contact et permet également de donner le ton sur les innovations des différents continents avec des exposants qui viennent de 40 pays différents. Ceci attire également le grand public, curieux de ces dernières découvertes.

Le Monde Economique Traditionnellement organisé par Promex, le Salon International des Inventions de Genève est passé aux mains de Palexpo en 2016 et c’est votre 2ème année en tant que directrice de cet événement. Continuité ou totale transformation ?

Gaëlle Grosjean : La continuité sans aucun doute ! Jean-Luc Vincent, Président-Fondateur du Salon il y a maintenant 46 ans a créé, à travers ce Salon, une plateforme unique dédiée au monde de l’invention. Notre but est de faire perdurer son travail tout en y apportant la touche « Palexpo». Jean-Luc nous apporte ses conseils, son soutien, partage son expérience inégalable en matière d’inventions, d’innovations et de promotion, et les ressources de Palexpo permettent le développement du Salon ici et ailleurs.

Le Monde Economique Être une jeune femme à la tête d’une telle manifestation, est-il un handicap ?

Gaëlle Grosjean : Dans ce monde de recherche et d’innovation, je vous répondrais que ce sont les idées, l’enthousiasme, la passion, l’ouverture d’esprit et les compétences qui prévalent sur l’apparence. J’ai la chance de travailler, de côtoyer et d’apprendre des meilleurs mentors qui soient. La jeunesse est un atout si l’on sait écouter. Pour l’anecdote, Jean-Luc Vincent avait 28 ans lorsqu’il créa le Salon, et j’avais 28 ans lorsque la direction de Palexpo m’a confié le projet en septembre 2016…

Le Monde Economique Votre meilleur souvenir de ce salon ?

Gaëlle Grosjean : De ce Salon du précédent et des prochains, sans aucun doute, l’échange ! J’ai l’immense privilège de rencontrer des gens passionnants, d’apprendre davantage chaque jour, de côtoyer les têtes pensantes qui changeront la vie de demain, de découvrir les inventions qu’utiliseront quotidiennement les générations futures. Cela rythme et nourrit le plaisir que j’éprouve en allant travailler chaque matin !

 

Recommandé pour vous