Interview de M. Youness Felouati – Fondateur de 2EM

5 octobre 2014

Le Monde Economique Quand on analyse votre modèle économique on constate qu’il est fortement inspiré par le concept de consommation collaborative. En quoi cette nouvelle forme d’échange a favorisé la création de votre entreprise ?

Youness Felouati La consommation collaborative est devenue une forme de consommation responsable et stimulée par un engagement citoyen qui répond aux problématiques actuelles tant sur le plan économique, écologique que social. Au vue de la prise de conscience et des enjeux de ces dernières années les initiatives dans le domaine se multiplient et les formes de consommations sont de plus en plus présentes au quotidien.

Ceci a fortement favorisé le lancement de notre projet puisque sans forcément nous connaître, les personnes susceptibles de louer des véhicules, cherchent désormais des solutions locales, à moindres coûts par le biais de leur réseau, le bouche à oreille, ou internet. Et comme les militants communiquent souvent au sein de leur réseau personnel, il est d’autant plus facile pour nous de nous faire connaître auprès des personnes vraiment sensibles à ces solutions.

Interview de M. Youness Felouati - Fondateur de 2EM

Le Monde Economique En matière de création d’entreprise on ne réussit jamais seul. Quelles sont les compétences auxquelles il faut faire appel, ainsi que l’infrastructure à mettre en place pour initier un tel projet ?

Youness Felouati Je dirai que tout dépend de l’activité, mais en règle général, les compétences personnelles essentielles à l’entrepreneuriat sont la curiosité, la ténacité, et le culot auxquels on rajoute une bonne dose d’organisation, de communication, et la capacité de savoir rebondir. Dans un projet de création d’entreprise, il faut pouvoir s’entourer de partenaires polyvalents et motivés pour les débuts. Avec l’équipe actuelle nous avons beaucoup d’échanges et c’est très stimulant de chercher des solutions. Il faut savoir développer un plan d’affaire et un plan d’action mais aussi ne pas hésiter à mettre les mains dans les tâches administratives, financières, les préoccupations juridiques, etc.

Pour le projet, je me suis donc entouré de personnes à multiples compétences comme ma collaboratrice Cybelle, et également d’ingénieurs informaticiens puisque notre activité est basée sur une plate forme web.

Le projet faisant de plus en plus d’émules, nous avons dernièrement opté pour la forme juridique Sarl. Concernant les infrastructures, elles évolueront avec nos moyens au fur à mesure.

Le Monde Economique Quand on regarde l’article 14 de vos conditions générales d’utilisation et de vente, il est dit que la rémunération de vos services se fait au bon vouloir des bailleurs et de vos membres. Cela voudrait-il dire que vous vivez d’amour et d’eau fraîche ?

Interview de M. Youness Felouati - Fondateur de 2EMYouness Felouati Il est évident que notre modèle de rémunération puisse paraître étonnant mais c’est un choix délibéré de notre part. Contrairement à certains sites, 2EM ne taxe pas les utilisateurs sans avoir un service concret au retour: inscription gratuite, sans abonnement et sans commission fixe. Le site se rémunère une fois la transaction confirmée, par une commission fixée par le membre pour couvrir les frais du site et assurer sa pérennité. Le site est donc entièrement lié à la conscience collaborative et la responsabilité de ses membres et il n’est donc pas étonnant qu’en toute connaissance de cause, les membres se montrent généreux pour soutenir cette initiative collaborative d’autopartage entre particuliers.

Le Monde Economique La consommation collaborative a fortement influencé l’évolution du modèle économique de plusieurs industries comme celle du disque et de la vidéo. Ne pensez-vous pas que ce concept pourrait être repris à terme par les loueurs de voitures traditionnels ?

Youness Felouati Je ne sais pas. Je pense que les personnes auxquelles s’adressent ces pratiques sont des militants et des gens désireux aussi de privilégier des petits acteurs ou du moins des initiatives locales et de proximité. Il s’agit d’échanges de services et non de commerce lucratif à proprement parler. Si des loueurs traditionnels se lancent dans ce modèle, il faudrait étudier leur motivations et le message sur lequel ils communiqueront. Les utilisateurs sensibles au concept de l’économie collaborative ne se laisseront pas berner par une stratégie de récupération. Je pense qu’ils privilégieront le système le plus bénéfique pour les acteurs de proximité, que ce soit leur réseau personnel, leur voisinage etc. Tout tend aujourd’hui à favoriser nos facteurs de connexion avec les autres dans un objectif louable rejoignant la politique de consommation de masse. Il faut cependant veiller à ce qu’il n’y ait pas de dérive spéculatoire et que ce ne soit pas compatible avec l’économie collaborative.

Le Monde Economique Tous les jours des millions de personnes utilisent leur voitures pour aller au travail. Pensez-vous que le Social Car Sharing est une solution d’avenir?

Youness Felouati D’après moi c’est plus qu’une solution de l’avenir, c’est une solution actuelle à conjuguer au quotidien. Le développement durable et
le concept de résilience font l’écho aujourd’hui d’une nouvelle manière de façonner notre société tout en la préservant. Partager aujourd’hui les ressources existantes pour les optimiser est selon moi déjà une habitude ancrée dans bien des mentalités ici. Il suffit de constater depuis combien de temps d’autres formes d’initiative tels que le covoiturage et l’autopartage existent déjà. Avec 2EM nous apportons notre pierre à l’édifice, en permettant à chaque particulier de bénéficier de notre réseau pour limiter ses frais tout en étant plus flexible. Nos utilisateurs sont des nomades connectés, et nous mettons à leur disposition notre plateforme et notre solution technologique.

Interview réalisée par Patrice BievreInterview réalisée par Patrice Bievre

 

Recommandé pour vous