Interview de Myriam Hoffmann, Directrice du cabinet Première Impression

31 décembre 2011

Le Monde Economique Comment doivent se vêtir les collaborateurs sur leur lieu de travail ?

Myriam Hoffmann Transposée dans le cadre de l’entreprise, l’image de soi constitue un outil supplémentaire permettant de transformer un facteur humain en facteur de succès, pour le bénéfice de l’individu, de l’équipe et de l’entreprise, avec des résultats opérationnels. L’analyse de la perception de soi et du regard des autres engendre naturellement une amélioration de la communication et des comportements. Sachant que la construction de notre identité et de notre personne passe toujours par le regard des autres, il convient d’adopter l’image et l’attitude répondant aux exigences de l’environnement, grâce à une adaptabilité et à une flexibilité rompues. Cela nécessite de savoir évaluer clairement ses atouts et ses faiblesses pour élaborer de meilleures stratégies de réussite.

En tant que représentants de leur entreprise, les collaborateurs doivent adapter leur image au secteur d’entreprise, à la culture et aux valeurs de leur employeur, ainsi qu’à leur position hiérarchique – en évitant tout formatage…

Le Monde Economique La tenue vestimentaire d’un(e) employé(e) doit-elle tenir compte de son statut au sein de l’entreprise ?

Myriam Hoffmann Naturellement. Une image bien gérée peut aider l’employé(e) à parvenir à ses objectifs, mais pour ce faire, elle doit lui correspondre et être honnête. C’est par une connaissance approfondie de son individualité et par un choix judicieux de vêtements reflétant fidèlement l’unicité de sa personnalité et de son style qu’il/elle créera un impact valable et solide. Le collaborateur peut également jouer avec les paramètres de son image selon les besoins des taches prévues dans la journée devant lui, pour projeter une image plutôt stricte et autoritaire ou plutôt « soft » et conciliante. Il lui suffit pour cela d’adapter les couleurs, les associations de couleurs, les imprimés, les matières, les formes, etc.

Le Monde Economique L’apparence est l’un des facteurs les plus insidieux de discrimination. Face à l’augmentation du nombre de candidats pour un poste, les demandeurs d’emploi doivent-ils particulièrement soigner leur look lors d’un entretien d’embauche ?

Myriam Hoffmann Pour un entretien d’embauche, 6 candidats sur 300 sont retenus ; un seul d’entre eux sera finalement sélectionné : dans un tel cas, même être second n’est pas suffisant.

En réalité, notre CV nous permet de rentrer dans l’entreprise pour notre entretien, mais ce qui fait la différence entre tous les candidats qui auront sûrement une expérience et des compétences égales aux vôtres, ce sont nos « soft skills », nos compétences relationnelles, le fait d’avoir aussi le « look de l’emploi ». Par exemple, « être mal élevé » est une sorte de handicap social. Que l’on s’en réjouisse ou qu’on le déplore, le savoir-vivre et la bonne éducation constituent aujourd’hui une sorte de discrimination silencieuse.

Les codes vestimentaires semblent se complexifier de plus en plus, ce qui n’est pas sans donner lieu à des situations confuses et occasionnellement problématiques. Il est tout aussi important de préparer son image que son CV en cette instance où on ne dispose que de quelques secondes pour marquer l’esprit de son futur employeur.

Avant toute chose, il s’agit de se renseigner sur la politique en vigueur dans la société ou l’organisation dans laquelle on se rend. Une simple visite à la réception d’une entreprise révèle déjà des indices si on sait ouvrir les yeux et s’imprégner de l’ambiance qui y règne. Dans le doute, il est toujours préférable de se renseigner directement auprès d’un collaborateur ou du chef du personnel.

Le Monde Economique Toutes les études disponibles confirment qu’à productivité ou résultats égaux, un beau salarié est davantage promu. La chirurgie esthétique peut-elle être la solution ?

Myriam Hoffmann C’est vrai, depuis les temps immémoriaux, le beau et le bien ont été volontiers associés. Les beaux individus ont une vie plus facile, c’est scientifiquement prouvé. Un raccourci mental souvent inconscient nous fait attribuer une kyrielle de qualités à une belle apparence : force de caractère, puissance, sociabilité, santé mentale, etc. voire même aujourd’hui, compétence. Une expérience troublante a été tentée au Etats-Unis : un C.V. de femme a été envoyé à plusieurs entreprises recrutant du personnel. Certains de ces C.V. comportaient une photo montrant la candidate maquillée, alors que d’autres la révélaient naturelle et sans fard. Il en est ressorti que la candidate maquillée a été invitée à davantage d’entretiens professionnels, et plus surprenant encore, a reçu des propositions de salaire plus alléchantes ! Des recherches réalisées à l’Université du Texas révèlent que les écarts de rémunération entre hommes beaux et hommes laids sont stupéfiants. Plus encore qu’un esprit brillant et des compétences reconnues, un physique agréable agirait comme accélérateur de carrière, rendant ainsi impitoyable le monde de l’emploi. La beauté semble donc être une forme de génie. Selon Oscar Wilde, elle lui est même supérieure, car elle n’a besoin d’aucune explication !

Pour ce qui est de la chirurgie esthétique, elle fait évidemment partie des « outils » d’amélioration possible de son image. Selon la problématique en question, elle peut être nécessaire pour soulager certains maux et je n’ai rien contre si elle aide la personne à se sentir mieux : mieux s’accepter, développer une bonne estime de soi, retrouver une assurance, etc.

Toutefois, à moins qu’un client me demande mon avis sur la question, je ne proposerai pas le recours à cette approche, de mon propre chef.

Le Monde Economique Comment un(e) employé(e) peut-il(elle) faire la différence s’il(elle) n’a pas un physique très gracieux ?

Myriam Hoffmann Tout simplement en apprenant à mieux se connaître, de façon à comprendre comment valoriser au mieux ses points forts (on peut toujours en prouver) – et ainsi les points faibles sont relégués au second plan. Nous ne sommes pas censés être des clones de beauté les uns des autres. Jouer de nos particularités, les assumer peut constituer un passionnant défi – de soi ! D’autres aspects participent effectivement à notre image globale :

• La crédibilité, la réputation

• La cohérence de l’impact visuel et auditif

• Les compétences relationnelles

Ainsi, par exemple, notre gestuelle fait partie de notre image. Nous y sommes tous sensibles – car elle est inhérente à la nature humaine. Parfois, elle peut cependant nous trahir. Si notre apparence vestimentaire est irréprochable mais que nous nous tenons sur la défensive dans notre langage corporel, notre impression d’assurance et de confiance en pâtira. Le salut, la poignée de main, l’écoute active, le respect du territoire, le mouvement, la posture, le regard, les expressions faciales jouent un rôle fondamental dans la perception qu’ont les autres de vous.

Il en va de même de votre expression orale. Les mots choisis ont un impact certain sur la perception de votre interlocuteur. Généralement, les bons communicateurs font usage de termes concrets et s’expriment avec des mots et des phr
ases facilement compréhensibles. Finalement, le seul moyen de venir à bout de ses propres complexes et questionnements ne serait-il pas de lever le tabou et d’apprendre à jouer de cet outil de communication qu’est votre image ?

Interview réalisée par Thierry Dime

 

Recommandé pour vous