Le panorama de la production viticole suisse

9 janvier 2020

Par Valérie Macquet

Avec ses quelque 15 000 hectares de vignes, la Suisse, malgré sa longue tradition viticole, fait figure de « petit jardin » viticole. Elle n’a cependant pas à rougir de sa production qui, faute de s’imposer par sa quantité, le fait par sa qualité. La variété des climats, des cépages (plus de 200 dont une quarantaine uniques au monde) et l’amour des vignerons pour leurs terroirs donnent à la filière viticole suisse toutes les raisons de croire en son avenir, même si elle se bat au quotidien. Rouge, blanc, rosé, mousseux, la Suisse a les moyens d’en faire voir de toutes les couleurs au monde entier et chacune de ses régions, avec ses terroirs et ses microclimats spécifiques, a une très belle histoire à raconter…

La Suisse alémanique : peu mais bon !

Son sol calcaire dans l’Arc jurassien et ses terres essentiellement molassiques et schisteuses sur le Plateau permettent une diversité de vins exceptionnelle : le pinot noir (appelé Blauburgunder) et le riesling-silvaner (ou Müller-Thurgau) sont ses principaux cépages. Le Räuschling (Zurich) et le Completer (Grisons), sont deux spécialités. Les autres cépages vinifiés, tels le chardonnay, le pinot gris ou le sauvignon blanc sont beaucoup plus connus. Si la production de cette région est modeste, sa qualité est très appréciée et la consommation est la plus importante du territoire suisse. Si la production de cette région est modeste, sa qualité est très appréciée

Le Valais : un petit air de Méditerranée

Les vignes ensoleillées du Valais s’étendent à perte de vue lorsque l’on traverse les villages de Fully ou Chamoson dans le Bas-Valais, de Conthey ou Sion dans le Valais central ou de Salgesch dans le Haut-Valais ; région qui compte d’ailleurs le plus haut vignoble d’Europe, situé à Visperterminen, à 1 150 mètres d’altitude. Plus grand canton vinicole, le Valais est riche d’une cinquantaine de cépages, dont certains lui sont propres tels la petite arvine, l’amigne, l’humagne blanc ou rouge et le cornalin. Mais les plus importants sont le chasselas (pressuré nommé Fendanten Valais) et le pinot noir. La syrah, qui se plaît particulièrement sur les coteaux bordant le Rhône, monte en puissance au fil des ans.

Le canton de Vaud : la diversité de vins n’a d’égal que celle des sols

Les versants, côté suisse du lac Léman, sont extraordinairement beaux. Mais ils constituent aussi de remarquables vignobles qui placent le canton au deuxième rang des régions viticoles suisses. Ses vins blancs – comme le chasselas – sont frais et fruités et leurs arômes multiples reflètent la grande diversité des sols de la région.

La Suisse n’a pas à rougir de sa production qui, faute de s’imposer par sa quantité, le fait par sa qualité

Genève : gastronomie et œnologie y sont un art de vivre

Si on le produit un peu moins qu’ailleurs, on aime le consommer plus que dans n’importe quelle autre région ! Le canton est composé de trois régions viticoles :

• Le Mandement situé sur la rive droite du Rhône,

• L’Entre Arve et Rhône,

• L’Entre Arve et Lac.

Elles sont toutes trois réputées innovantes et créatives et donnent la part belle au bio. Le Mandemant se distingue toutefois grâce à sa superficie. On y cultive – entre autres – le fameux chasselas (appelé fendant en Valais) et toutes sortes de blancs : le chardonnay, le riesling sylvaner, le pinot blanc, le gewurztraminer, le viognier, le sauvignon blanc, le pinot gris, etc.

Plus grand canton vinicole, le Valais est riche d’une cinquantaine de cépages, dont certains lui sont propres.

Les gamays, qui ont été pratiquement redécouverts ici, ne cessent de faire sensation ; ils envoûtent le palais avec leur densité étonnamment fruitée.

Le Tessin : viva Italia !

La région du Tessin, située dans la pointe sud italophone de la Suisse, n’est pas seulement un prolongement de la Lombardie ; c’est une région à part entière avec des habitants volontaires et francs tout comme ses vins ! La quasi-totalité du vignoble tessinois est constituée par des plants de merlot originaires du Bordelais. Le merlot bianco, un vin blanc élégant qui fait de plus en plus d’adeptes provient du même cépage. On trouve aussi la bondola, le pinot noir, le cabernet sauvignon et le cabernet franc pour les rouges. Pour les blancs : le chardonnay, le chasselas, le sauvignon et le sémillon.

Région des Trois Lacs/Neuchâtel : les cultures francophones et germanophones se marient pour le meilleur… des vins !

La majeure partie de la production de cette région vient des vignobles qui bordent les lacs de Bienne et de Neuchâtel, situés sur les contreforts du Jura. Leur exposition au sud offre des conditions idéales pour les vignes qui produisent essentiellement du chasselas et du pinot noir… Mais aussi le sauvignon blanc, le chardonnay, le gamaret, le garanoir et l’œil-de-perdrix, le célèbre vin rosé de pinot noir fruité de Neuchâtel. 

 

Recommandé pour vous