Choc générationnel, bonheur au travail, conciliation vie privée et vie professionnelle. Tout est compatible mais…

12 avril 2019

Par Mauro SANTARELLA*

Personne ne sera passé outre les différents qualificatifs attribués aux générations qui nous ont précédés ou qui sont sur le point de nous succéder. Il y a celle du temps des machines à écrire, celle des PC fixes, des ordinateurs portables ou encore des tablettes et des smartphones… Des évolutions technologiques, certes, mais pas que. Les entreprises d’aujourd’hui doivent également faire face à des changements de mentalité et d’état d’esprit. Si une multitude de théories tentent de décrire, tant bien que mal, les différences existant entre la génération des Baby-boomers et la génération Z, aucune n’a encore trouvé la recette magique pour les faire coexister. Le voici le vrai défi « humain » !

Si l’on en croit la sociologie, nous avons évolué de travailleur décrit comme assidu et loyal à travailleur en recherche constante de fun et de bien-être, capable de quitter son employeur à tout moment, sans état d’âme. Force est de constater que la tendance est évidente. Pour autant, même si elle tend à confirmer l’évolution décrite entre les X, Y et autres Z, peut-être que le fond de chacun d’entre nous, et peu importe son année de naissance, n’est pas si différent.

En 1946 (début de la génération des Baby-boomers) comme aujourd’hui, les organigrammes (même informels) faisaient référence à des collaborateurs ayant des responsabilités de personnes, autrement dit des managers. D’autre part, de même qu’en 2019, ces derniers se voyaient imposer des objectifs professionnels. Si l’on s’en tient purement et simplement à la relation de travail, il y a lieu de se demander pourquoi vouloir tout révolutionner.

Attentes des uns et… des autres

Tout révolutionner ? La question peut se poser. Si, aujourd’hui, les objectifs n’ont globalement pas changé d’un point de vue entrepreneurial (rentabilité, notoriété, …) par rapport à hier, les employés, eux, ne prendront part au projet que s’ils adhèrent au concept. Et c’est là que tout se complique.

Nous vivons une période où les générations actives sur le marché du travail ont des attentes qui peuvent souvent être diamétralement opposées, voire même faire face à des conflits de valeurs. Certains sont prêts à tout pour assurer la sécurité de leur emploi, alors que d’autres cherchent tous les moyens pour concilier leurs deux vies, privée et professionnelle, plaçant l’aspect professionnel en deuxième priorité. Dès lors, pour s’entourer d’une équipe fidèle, motivée et gagnante, il n’y a d’autre choix que de comprendre le « pourquoi » de chacune des personnes qui nous entoure.

Managers, à vous de jouer

Aujourd’hui plus que jamais, un manager n’a d’autre choix que de chercher et, dans un monde idéal, trouver le « pourquoi » de chacun des collaborateurs qui l’entoure. De quoi parle-t-on ? Il s’agit du sens que chacun d’entre nous veut bien donner à son quotidien (professionnel). Et partant du double constat que chaque être humain est différent, qui plus est dans une période intergénérationnelle fortement marquée, le rôle managérial prend tout son sens. Et non, ce n’est pas insurmontable.

Si le « pourquoi » et les attentes de chacun peuvent être fondamentalement différents, il existe malgré tout au moins un point commun qui nous rassemble tous : Le cap est franchi, nous sommes passés de la recherche du « Bien-Etre » au travail à la volonté d’y « Etre Bien » (subtile différence entre les aspects physique et/ou matériel d’une part et émotionnels d’autre part). En d’autres termes, il ne suffit plus d’être un bon spécialiste et diriger une équipe, il faut désormais avoir de réelles compétences humaines, de leader et être un moteur si l’on ambitionne d’emmener une équipe au succès.

Cette notion pourrait s’avérer épuisante, car il s’agit d’une vraie tâche supplémentaire dans la journée du manager. S’intéresser à la santé émotionnelle des gens est compliqué. Mais ne cherchons plus le point commun rassembleur des diverses générations qui n’est autre que l’ « Etre Bien ».

Chères et chers managers, vous êtes sous observation. Instaurez un climat de confiance, inquiétez-vous de vos collaborateurs, écoutez leurs besoins, reconnaissez leur travail, dites-leur Merci ou encore Bravo et montrez-leur l’exemple. Des valeurs simples et respectueuses, rien de plus. Vous le verrez, nous traverserons les générations finalement sans encombres.

*A propos de l’auteur

Directeur RH de « de Rham SA », régie immobilière vaudoise de 80 personnes, Mauro SANTARELLA  est fasciné par les relations interpersonnelles et fait du climat social son cheval de bataille.

 

Recommandé pour vous