Changez de perspective ! Retour à l’essentiel et « side projects »

4 août 2019

Légende photo : Rotunda de Jacob Sebastian Bang, Copenhague 

A l’heure où la quête de sens des salariés n’a jamais été aussi grande, penchons-nous sur les tâches à accomplir en entreprise.

La charge de travail s’apparente à l’exercice d’un équilibriste, en quantité suffisante mais pas excessive, qui a une utilité et génère la reconnaissance.

Burn-out, bore-out et autre brown-out

Quand une personne est surchargée de dossiers tous plus urgents les uns que les autres, sans avoir de reconnaissance en retour, le risque est de tomber en burn-out : épuisement professionnel, stress prolongé et perte de confiance en soi.

A l’inverse quand un salarié n’a pas assez de travail à effectuer, il peut ressentir les effets du bore-out, sorte d’ennui qui referme le salarié sur lui-même. 

Quant au brown-out, il apparaît lorsque le travail à accomplir paraît absurde et que les objectifs professionnels se vident de sens.

De retour de congé maternité, les femmes sont encore plus exposées à ces situations. En effet, pendant leur absence les dossiers peuvent s’être accumulés sans réorganisation efficace préalable des tâches ou au contraire de retour à son poste de travail, la collaboratrice peut se retrouver déchargée de beaucoup de responsabilités.

Une fois ces écueils identifiés, comment minimiser les périodes où la charge de travail est importante, jongler avec les phases où l’activité est plus calme et donner du sens au travail de chacun ?

Sélectionner les activités importantes

Lors de mon passage à Copenhague, l’œuvre Rotunda de Jacob Sebastian Bang qui sensibilise notamment aux objectifs de développement durable de l’ONU, m’a donné cette impression d’accumulation, les cercles importants se perdent parmi les autres. 

1.Revenir à l’essentiel

Faire le point régulièrement au sein de ses équipes pour réévaluer les priorités. Se poser les vraies questions. Quelle est l’activité la plus importante à réaliser qui aura un réel impact sur le résultat, la satisfaction client, ou encore le développement de l’entreprise ? 

2.Faire le tri

Les dossiers ont une fâcheuse tendance à s’accumuler. Effectuer le tri dans ses activités au travail s’avère bénéfique, libère l’esprit et réduit la charge mentale.

Chez soi on possède plein d’objets inutiles qui encombrent son intérieur. L’erreur serait de conserver tous ces objets sous prétexte qu’ils ont nécessité des sacrifices en termes de temps ou d’argent comme l’explique clairement Marie-Kondo, la professionnelle du rangement japonais.

Il en va de même pour les projets en entreprise. Même si certains ont consommé beaucoup de ressources, il est nécessaire de mettre régulièrement un terme à ceux qui n’apportent pas le résultat escompté.

3.Intégrer la loi de Pareto 80 – 20

Le principe de Pareto nous enseigne que 20 % des causes produisent 80 % des effets. Soit, appliqué à l’entreprise : 20 % des ressources produisent 80 % des bénéfices. Tout l’art consiste à identifier quelles sont les activités qui génèrent le plus de résultat.

Le side project bénéfique pour l’entreprise et les collaborateurs

Après cette considération des activités prioritaires, du temps se dégage pour les collaborateurs. C’est à ce moment-là que l’on peut implémenter des side projects.

Qu’est-ce qu’un « side project » ?

Il s’agit d’une activité annexe proche de l’intrapreneuriat que les collaborateurs réalisent à côté de leur travail habituel.

Google l’a notamment mis en place il y a quelques années, en octroyant 20 % du temps de travail à ses collaborateurs pour entreprendre leurs propres projets. Ainsi, des applications comme Gmail et Google map ont pu voir le jour.

Autonomie et créativité

Le bien-être au travail ne passe pas juste par des mesures accessoires, plantes vertes et baby-foot, même si cela peut y contribuer, mais bien par un sentiment d’utilité, d’autonomie et de satisfaction qui peut s’exprimer notamment quand les salariés sont acteurs de leurs « side projects ».

La clé est d’encourager l’autonomie et la collaboration dans ces projets complémentaires. Tout ce qui stimule la créativité est bienvenu, changer d’activité par rapport à son cœur de métier, de processus, de lieux, de partenaires de travail, etc. 

Pourquoi ne pas profiter de l’arrivée d’une nouvelle recrue, d’une réorganisation des équipes ou du retour de congé maternité d’une salariée pour passer à l’action ?

Pauline Bar

A propos de l’auteure : Après 15 ans d’expérience professionnelle en Marketing et Finance dans de grands groupes, Pauline décide de fonder The Working Mums et conseille les entreprises sur la parité, la parentalité au travail et la gestion de la charge mentale. Elle encourage les femmes à oser dans leur vie professionnelle et personnelle. 

Suivez ses posts et sa communauté sur LinkedIn : www.linkedin.com/in/pauline-bar

 

Recommandé pour vous